Coronavirus en Belgique: "Si la tendance se poursuit, nous pourrions arriver à une moyenne de 500 nouveaux cas/jour d'ici les fêtes de fin d'année"

Ce lundi 23 novembre à 11h, le Centre de crise national en charge du suivi de l’évolution de l’épidémie Covid-19 en Belgique va tenir comme à son habitude une conférence de presse. Au programme : la présentation détaillée des chiffres à jour liés à la situation sanitaire et les dernières recommandations à la population des autorités publiques.

Le nombre moyen d’infections au coronavirus est ainsi passé à 3.672 par jour entre le 13 novembre et le 19 novembre, J-10 et J-4, indique vendredi l’Institut de santé publique Sciensano dans son bulletin épidémiologique quotidien. Cela représente une diminution de 28% par rapport à la période de sept jours précédente.


►►► À lire aussi Coronavirus en Belgique : le nombre de patients covid aux soins intensifs passe sous le seuil des 1200


"Tous les indicateurs continuent à évoluer favorablement, mais il n’y a que quelques jours que nous sommes descendus en dessous du pic de la première vague", explique Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral COVID-19.

La Belgique diminue de place au classement des pays européens en termes de nombre de cas, se réjouit le scientifique : "Nous sommes aux environ de la 18e place au niveau européen. C’est une position un peu moins douloureuse que les semaines précédentes. "

Le porte-parole estime : "Si cette tendance se poursuit, nous pourrions arriver à une moyenne de 500 nouveaux cas par jour d’ici les fêtes de fin d’année".

N’attendez pas d’avoir de fortes températures pour penser au covid

Si la fièvre peut faire partie des symptômes du covid, moins de la moitié des patients font de la fièvre, constate Yves Van Laethem: "Souvent, on est devant des symptômes grippaux très vagues, peu de température : 37,2, 37,4 C° mais surtout des plaintes de toux sèche, essoufflement de la respiration, une perte typique de l’odorat ou du goût ou des symptômes vagues ressemblant à un refroidissement : un peu mal de gorge, un peu mal de toux, mal partout. Si vous avez ce genre de symptômes, restez chez vous, appelez votre médecin. N’attendez pas d’avoir de fortes températures pour penser au covid."

Manifestations persistantes

Heureusement, pour la majorité des pathologies, les symptômes disparaissent après deux semaines, explique Yves Van Laethem : "Pour d’autres, les symptômes peuvent se prolonger pendant plusieurs semaines ou mois. Selon une étude de l’université d’Anvers, 20 % ont encore des plaintes après deux mois."

Les jeunes femmes, les personnes avec une surcharge pondérale ou les personnes âgées font partie des groupes qui subissent le plus souvent des plaintes persistantes.

Nous devons encore être patients

Le porte-parole du Centre de crise Antoine Iseux rappelle qu’il faut éviter de se déplacer à l’étranger pour des régions non-essentielles : "Une sortie shopping à Maastricht, un rendez-vous coiffeur à Roubaix, un city-trip à Montjoie sont des déplacements non-essentiels. Notre protection de la santé publique, des autres doit passer avant."

Les Pays-Bas et l’Allemagne imposent une période de quarantaine pour ceux qui passent la frontière, la France, des limites de déplacement. Toute personne belge qui a effectué un séjour de plus de deux jours doit obligatoirement remplir le formulaire de localisation de passager.


►►► À lire aussi : Vacances et voyages à l'étranger : où trouver le formulaire obligatoire au retour en Belgique ?


Antoine Iseux  conclut : "Les efforts que nous avons déployés ces dernières semaines se traduisent en une tendance positive. La route est encore longue mais nous sommes sur la bonne voie. Il serait dommage de réduire l’impact de nos efforts en relâchant maintenant notre mobilisation.  Nous devons encore à être patients. Mais soudés à 11 millions, nous devrions y arriver."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK