Yves Van Laethem: "Non, nous ne sommes pas au début d'une troisième vague"

Yves Van Laethem: "Non, la vitamine D et le zinc ne sont pas des médicaments miracles contre le covid"
Yves Van Laethem: "Non, la vitamine D et le zinc ne sont pas des médicaments miracles contre le covid" - © Tous droits réservés

Ce vendredi 29 janvier à 11h, le Centre de crise national en charge du suivi de l’évolution de l’épidémie Covid-19 en Belgique tient comme à son habitude une conférence de presse. Au programme : la présentation détaillée des chiffres à jour liés à la situation sanitaire et les dernières recommandations à la population des autorités publiques.

"Le variant britannique représente 20 % des nouveaux cas positifs. C'est clairement une augmentation par rapport à janvier où le pourcentage s'élevait à 9 %", explique Yves Van Laethem, porte-parole du Centre de crise coronavirus. Pour pouvoir établir ces proportions, les scientifiques ont analysé 2% des échantillons des nouveaux cas. 

Le variant sud-africain reste quant à lui relativement limité dans les foyers de la ville d'Ostende, assure le scientifique.

Si nous le voulons, nous pouvons faire une barrière à cette troisième vague.

Alors que le microbiologiste à l’UZLeuven Emmanuel André expliquait jeudi que la troisième vague avait démarré, Yves Van Laethem réfute cette hypothèse: "On constate aussi une certaine stabilisation dans les hôpitaux. Non, on ne peut pas dire que nous sommes au début d'une troisième vague. C'est une situation épidémiologique complexe, mais si nous continuons à faire attention et à appliquer les mesures, nous pouvons garder un contrôle sur cette situation. Nous pouvons garder cette courbe aplatie sous tension en dessous de nous."

Actuellement la Belgique continue à avoir une évolution assez favorable par rapport à ses voisins, constate le porte-parole : "Si nous le voulons, nous pouvons faire une barrière à cette troisième vague."

Vitamine D et zinc: pas de preuve

Sur les réseaux sociaux, vous avez sûrement déjà vu passer des messages où il est conseillé de prendre des vitamines D ou du zinc pour vous contre le coronavirus. Yves Van Laethem met néanmoins en garde: "On sait que les vitamines D et le zinc jouent en rôle important dans la protection de notre système immunitaire, mais ce ne sont pas des médicaments miracles dans le cas du covid et d'autres affections non plus."

Dans notre pays, de nombreuses personnes souffrent d'une déficience en vitamine D. "C'est le cas notamment des personnes âgées et des personnes au peau sombre, de certains végétariens ou de femmes enceintes", précise le porte-parole. "Deux tiers des personnes de plus de 65 ans ont une carence en vitamine D à cette période-ci." Ces carences se manifestent surtout à la fin de l'hiver, ce qui est normal: c'est notre peau qui produit la vitamine D sous l'effet de soleil.

Les carences en zinc sont quant à elle moins présentes: seulement 10 % de la population belge a un certain déficit en zinc.


►►► À lire aussi: Coronavirus en Belgique : le conseil supérieur de la santé confirme l'inefficacité de la vitamine D et du zinc pour soigner le covid-19


Pour éviter des carences, le scientifique conseille d'avoir une alimentation équilibrée: "On retrouve ces éléments dans les viandes, les oeufs, les poissons, des céréales, des produits laitiers. Mais, malgré ça, il est néanmoins possible de garder une certaine carence."

Des études ont établi un lien entre de faibles valeurs en zinc et en vitamine D et un épisode sévère de covid, mais Yves Van Laethem nuance: "Dans toutes les études publiées, il s'agit d'une association, et non pas d'une preuve de causalité." Avant de conclure: "Un supplément peut être utile pour renforcer notre système immunitaire. Dans le traitement du covid, il n'a pas sa place." 

Les chiffres du jour

Le nombre moyen d'infections au Sars-Cov-2 poursuit sa hausse vendredi, avec 2210 nouveaux cas quotidiens en moyenne sur la période du 19 au 25 janvier.  2775 cas positifs ont été détectés en 24 heures (contre 2571 enregistrés vendredi dernier). Si l'on compare aux chiffres de la semaine précédente, du 12 au 18 janvier, cela représente une hausse de 12%, dans un contexte où les tests sont à nouveau plus nombreux, avec un taux de positivité qui reste stable à 5,6%.

Cette hausse se manifeste surtout chez les mineurs et s'explique par l'augmentation de tests dans les écoles. "Dans la majorité, il s'agit de cas asymptomatiques", précise Yves Van Laethem.


►►► À lire aussi: Coronavirus en Belgique ce 29 janvier : le taux de reproduction continue de diminuer, les contaminations de monter, surtout chez les jeunes 


Par contre, bonnes nouvelles: les admissions à l'hôpital poursuivent leur tendance à la baisse: elles étaient en moyenne de 125 par jour entre le 22 et le 28 janvier. Il y a eu 136 admissions en 24 heures, un nombre inférieur à celui enregistré vendredi dernier. Le taux de reproduction du virus, estimé sur base des hospitalisations, continue ainsi à redescendre à 0,96.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK