Déconfinement en Belgique : pour les retrouvailles du 10 mai, il faudra faire des choix et s'y tenir

À partir de dimanche, vous serez autorisés à recevoir 4 personnes, membres de la famille ou amis et à chaque fois sous le même toit. 4 personnes, pas une de plus et cela vaut pour les enfants. Dans la théorie cela semble clair mais dans la pratique, c’est une autre histoire.

Pourquoi 4 ?

Ce matin le vice-premier ministre Alexander De Croo expliquait dans l’émission "7-9 Ensemble" la raison qui s’est portée sur ce nombre de 4 invités : "Si on vous (les Belges) demande de limiter vos visites à 4 personnes, c’est parce que plus vous serez nombreux, plus il y a un effet multiplicateur de risques. Et donc on a établi, avec les experts, le nombre de 4 car on estime que c’est une situation gérable".

Pour le docteur Yves Coppieters, épidémiologiste et professeur en santé publique à l’ULB, ce chiffre est subjectif : " Les experts ont choisi 4 car il s’agit d’un chiffre raisonnable par rapport au contact-tracing. Si on étend le nombre dans la cellule familiale, fatalement le contact-tracing sera encore plus important en nombre. C’est un équilibre entre ce qui est acceptable socialement et surtout faisable opérationnellement par rapport au tracing si l’un des membres de la famille est positif au coronavirus".


►►► À lire aussi : Covid-19 : avec le déconfinement, le traçage par centre d’appel va débuter en Belgique


Alexander De Croo a également précisé que la police ne viendra pas vérifier si le nombre d’invités est respecté, mais tout comme la Première ministre, il évoque une sorte de contrat de confiance avec les citoyens : "Je remarque que lorsqu’on donne aux Belges une certaine liberté, ils assument cette liberté avec un sens des responsabilités. Vous pouvez voir jusqu’à 4 personnes mais faites le sagement".

Le plus important reste de respecter les mesures de précaution

Par le "sagement" on comprend que le ministre fait référence au respect des mesures de précaution et de distanciation. C’est là l’élément primordial de ces visites élargies, elles doivent se faire en respectant toutes les règles d’hygiène et de distanciation sociale :

  • Respecter les distances entre chaque personne (particulièrement avec les personnes plus âgées)
  • Se désinfecter les mains régulièrement
  • Si vous en avez la possibilité, organiser cette visite à l’extérieur (dans votre jardin par exemple).
  • Être particulièrement attentif aux personnes plus âgées et si possible porter un masque à leur proximité
  • Ne pas organiser la visite si un membre ressent des symptômes de la maladie

Un groupe rencontre un groupe et c’est tout

Il est important de comprendre la réflexion du Conseil national de sécurité et du gouvernement fédéral qui a amené à cette décision d’élargir les rencontres à plus de personnes.

Depuis le début des mesures de confinement, chaque foyer (ou groupe de personnes confiné ensemble) forme un groupe hermétique qui a évité les contacts sociaux prolongés avec des personnes extérieures afin de limiter la propagation du Covid-19.

À partir de dimanche, ces groupes seront en quelque sorte agrandis puisqu’il sera possible de rencontrer d’autres personnes.

Par exemple : Mamy et papy forment le groupe A et ils invitent leur fille, son mari et leurs deux enfants (4 personnes) qui forment entre elles le groupe B. Les deux groupes vont se rencontrer pour former un groupe plus grand, appelons-le groupe C.


►►► À lire aussi : Retrouvez toutes les mesures annoncées ce mercredi en cliquant ici


Si l’on reste dans ce cas de figure, toutes les règles sont respectées et en cas de contamination de l’une de ces personnes, il sera alors facile de retracer son parcours comme le prévoit le traçage mis en place par les différentes régions. L’objectif étant de parvenir à placer rapidement en isolement les personnes infectées et de prévenir au plus vite leurs contacts récents pour qu’ils puissent se surveiller ou s’isoler à leur tour.

Il est donc important que les personnes que vous déciderez de voir dimanche ou dans les jours qui suivent soient toujours les mêmes. Il ne faut pas ouvrir le groupe C à d’autres groupes. Il faudra faire des choix et s’y tenir comme l’explique Yves Coppieters : "L’idée c’est qu’un groupe rencontre un autre groupe et que ces deux groupes n’aillent pas en rencontrer d’autres".

Dès dimanche, différents scénarios seront possibles en fonction des choix posés.

Un groupe composé de 3 personnes pourra en inviter 4 autres maximum pour former un groupe de 7 personnes. Ou encore, une famille nombreuse de 6 personnes pourrait en inviter 4 autres et former un groupe de 10. La taille de chaque groupe variera en fonction des différentes compositions familiales ou des personnes que vous souhaitez revoir.

Là encore, dès que vous aurez défini le groupe que vous souhaitez voir, ce choix sera définitif. Il ne faudra pas décider de voir 4 membres de la famille le dimanche, pour rencontrer ensuite 4 amis le lundi et 4 collègues le mardi.


►►► À lire aussi : Des retrouvailles avec les proches autorisées dès le dimanche 10 mai : à quelles conditions ?


Le plus important n’est donc pas la taille du groupe qui se rencontrera, ce qui est primordial c’est de maintenir ce groupe aux mêmes personnes et de ne pas "fissurer" le groupe en allant en rencontrer d’autres.

L’assouplissement des contrôles est inévitable

Les nouvelles mesures en place à partir de dimanche rendront la tâche des forces de l’ordre très compliquée.

Le procureur général auprès de la cour d’appel de Mons, Ignacio De La Serna, le confirme : "Les mesures édictées par le Conseil national de sécurité sont difficilement vérifiables par les forces de l’ordre. Le CNS fait appel au sens civique de chacun. Mais aller vérifier que les personnes qui se retrouvent sont toujours les mêmes, ce n’est pas vérifiable. Cependant, si des policiers sont appelés pour une fête et que, manifestement, il y a plus que 4 personnes qui n’habitent pas dans ce domicile, alors il y aura un procès-verbal. Mais sinon, tout va dans le sens d’un assouplissement".

En cas de flagrant délit, le procureur De La Serna rappelle que l’amende infligée reste de 250 euros par personne majeure en infraction.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK