Coronavirus en Belgique : quoi qu'il arrive, les élèves de maternelles et primaires iront cinq jours par semaine à l'école

Les ministres de l’Éducation Caroline Désir pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, Ben Weyts pour la Flandre et Harald Mollers, ministre de la Formation de la Communauté germanophone de Belgique, ont exposé leur vision de la rentrée dans les écoles dans les différentes communautés du pays en période de coronavirus.

Un plan global appelé : "Garantir le droit à l'éducation" a été présenté par les trois ministres en charge de l’Enseignement dans leurs communautés respectives. Avec l’enfant au centre de son plan, les ministres souhaitent garantir que chaque enfant puisse voir son droit à l’enseignement garanti en cette période encore incertaine en raison de la crise du coronavirus qui devrait rester présent à la rentrée de septembre.

Ce plan a été mis sur pied en concertation entre les différentes communautés en concertation avec différents acteurs du monde de l’éducation. Il tient compte de la différence de risque de propagation du coronavirus entre les moins de 12 ans (maternelles et primaires) et les plus de 12 ans (secondaires).

Du côté de la FWB, la fédération va mettre en place des mesures de soutien pour les écoles qui rencontrent le plus de difficultés.

Approche différenciée par classe

Comme nous l’évoquions déjà mardi, les acteurs de l’enseignement se sont mis d’accord pour une approche différenciée en fonction des classes. Autrement dit, tous les élèves de maternelle et de primaire devraient être présents à l’école cinq jours par semaine, quel que soit le scénario à ce moment-là.


►►► Lire aussi : rentrée scolaire en septembre : présence tous les jours pour les maternelles et les primaires, 4 jours par semaine pour les secondaires


En revanche, les élèves du secondaire devraient être présents en classe quatre jours par semaine dans la situation actuelle (Scénario "Jaune", voir ci-dessous).

En fonction de la situation sanitaire, quatre scénarios ont été décidés avec un code couleur en fonction de la gravité de la situation.

 

Quatre scénarios en fonction de la situation sanitaire

  • Scénario "vert" : Dans le meilleur des cas, c’est-à-dire si la situation sanitaire s’est normalisée, les élèves assisteront aux cours cinq jours par semaine. Ce scénario implique qu’un vaccin soit disponible ou que l’immunité collective soit présente. Dans ce scénario les contacts sont à nouveau possibles mais hygiène des mains est indispensable.
  • Scénario "Jaune" : Dans un deuxième scénario, c’est-à-dire celui de la situation médicale que l’on connaît actuellement, il est prévu que les secondaires soient présents quatre jours sur leurs bancs d’école. Le mercredi, ils resteraient chez eux avec du travail à domicile. En phase jaune, les élèves devront porter un masque lorsque les distances de sécurité ne peuvent être respectées. C’est ce scénario qui devrait prévaloir à la rentrée de septembre.
  • Scénario "Orange" : Un troisième scénario serait appliqué dans le cas d’une situation plus tendue sur le plan médical. Les classes de secondaires seraient alors scindées en deux et les cours se donneraient en alternance à domicile et dans les écoles, semaine par semaine.
  • Scénario "Rouge" : Enfin, le quatrième scénario repose sur une situation sanitaire aiguë. Dans ce cas, les classes de secondaires seraient aussi scindées en deux et les cours se donneraient en alternance, mais les mesures sanitaires seraient plus strictes. Les gestes barrières seraient renforcés.

Des scénarios différents pour les autres formes d'enseignement

Des dispositions propres pour l'enseignement en alternance, ainsi que pour les académies, ont également été arrêtées.

Par ailleurs, c'est le Conseil national de sécurité (CNS) qui décidera du passage d'une phase sanitaire à une autre. Les écoles disposeront du "temps nécessaire" pour adapter alors leur mode d'enseignement, mais sans délais précis.

Le passage d'une phase à une autre pourrait toutefois être circonscrit à une zone géographique limitée si un foyer important devait être localisé dans une commune ou une région bien précise, sans généralisation donc à l'ensemble du pays.

L'adoption de ce plan de bataille commun aux trois Communautés pour la prochaine rentrée scolaire tranche en tout cas avec les divergences apparues entre Communautés fin avril, et le cavalier seul pratiqué alors par la Flandre en matière de retour à l'école.

Un tableau complet reprend de façon détaillée les différentes mesures liées à chaque scénario. 

null

null

Sujet JT 19h30 du 24 juin