Coronavirus en Belgique : quels patients choisir en cas de saturation des hôpitaux ? L'Académie de médecine rappelle les priorités

En cas de saturation des hôpitaux et des services de soins intensifs, quels patients doivent bénéficier d’un accès prioritaire ? L’Académie royale de Médecine de Belgique rappelle au corps médical les règles en vigueur depuis mars 2020.

Les soins intensifs pour une issue acceptable

Seuls des critères objectifs et strictement médicaux sont autorisés pour les décisions d’admission à l’hôpital en période de saturation. Pour les patients âgés, le Score de Fragilité clinique (CFS) peut être utile pour déterminer leurs chances de survie. L’âge, à lui seul, n’est pas un critère éthiquement acceptable.

Les lits de soins intensifs doivent être réservés aux patients pour lesquels une issue positive – ou au moins acceptable - peut être attendue après la sortie de l’hôpital. La règle du " premier arrivé, premier servi " ou l’utilisation d’un tirage au sort ne doivent pas intervenir. Les praticiens disposent de suffisamment de scores, d’indices, et d’expérience clinique pour ne pas les utiliser.

Ces critères seront appliqués autant aux patients infectés par la Covid-19 qu’à ceux qui ne le sont pas.

Un protocole clair et défini préalablement

L’Académie préconise que le médecin responsable des soins intensifs assure les prises de décisions selon le protocole défini en partenariat avec le comité d’éthique local. L’avis du médecin généraliste, et du gériatre s’il s’agit d’un patient âgé, est évidemment souhaitable.

Pour les patients qui ne sont pas orientés vers les soins intensifs ou un autre parcours curatif, il est indispensable de continuer à prodiguer des soins de qualité et empreint d’humanité. En particulier, en ce qui concerne la fin de vie.

Les droits du patient garantis

La loi sur les droits du patient demeure en vigueur. En particulier, le droit à l’information sur les possibilités thérapeutiques et sur les modalités de prise en charge pour garantir le meilleur confort possible. Cette information doit être donnée au patient et à ses proches, selon la situation individuelle. En période de pandémie et de saturation des hôpitaux, l’Académie recommande que les décisions de fin de vie suivent strictement les recommandations de la Société Belge de Médecine Intensive et soient appliquées dans la transparence et avec le consentement des patients et des familles.

Encadrement et soutien psychologique pour les équipes soignantes

Enfin, face à ces décisions difficiles et le travail éprouvant que connaissent les équipes soignantes depuis le mois de mars, l’Académie Royale de Médecine de Belgique demande aux hôpitaux de fournir, lorsque cela n’est pas encore fait, un soutien psychologique aux infirmiers, médecins et autres membres des équipes soignantes. Ce soutien doit perdurer au-delà de la période critique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK