Coronavirus en Belgique : pour Frank Vandenbroucke, les vacances qui démarrent, "c'est une occasion pour casser la chaîne des transmissions"

Le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke (sp.a) était l’invité du JT de 13 heures ce samedi. L’occasion de revenir sur le comité de concertation de la veille où pour la première fois le monde politique a évoqué la possibilité d’une troisième vague en Belgique. Les vacances qui démarrent cette semaine sont considérées comme décisives en ce sens.

Une possible troisième vague ?

Hier soir, le ministre-président wallon, Elio Di Rupo (PS), compte tenu du nombre de contaminations quotidiennes et des hospitalisations, expliquait ceci : "la grande crainte que nous avons c’est qu’une troisième vague ne se fasse jour et s’il y avait une troisième vague ce serait catastrophique". Lors de la conférence de presse du comité de concertation, le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) disait ceci : "ça pourrait être le début de la troisième vague. Mais nous, nous pouvons l’éviter. Si on s’en tient aux règles. Si on continue à faire ce qu’on a fait les semaines passées, c’est dans notre capacité d’éviter à un certain moment une troisième vague".

Ces propos servent-ils à préparer la population à une éventuelle troisième vague et donc à un possible durcissement des mesures ? Le ministre de Santé ne cache pas sa crainte, notamment lorsque l’on regarde les chiffres des contaminations, toujours en hausse. Une hausse qui intervient après un déclin spectaculaire grâce aux efforts et à la solidarité de tout un chacun, insiste-t-il. Mais le risque est là et il poursuit : "Heureusement on arrive aux vacances. Je crois qu’il faut voir les vacances comme une aubaine. C’est une occasion pour casser la chaîne des transmissions". Et d’ajouter, toujours à propos des vacances : "ça passe ou ça casse. Ou bien on est en mesure de faire à nouveau baisser les chiffres en étant extrêmement prudents, en limitant les contacts même si c’est difficile, ou bien on relâche l’effort et alors on est reparti", avec les conséquences que tout le monde connaît, conclu le ministre de la Santé, notamment pour les hôpitaux et le personnel soignant.

La hausse des contaminations

Frank Vandenbroucke a également commenté les chiffres du jour. Le nombre moyen d’infections au coronavirus est ainsi passé à 2519 par jour entre le 9 et le 15 décembre, indique samedi l’Institut de santé publique Sciensano dans son bulletin épidémiologique quotidien, soit une augmentation de 15% que durant la période de sept jours précédente. Quant aux hospitalisations, le nombre est relativement stable avec 186 hospitalisations par jour entre le 12 et le 18 décembre, ce qui représente une très légère augmentation de 1% par rapport à la semaine précédente. Ces deux chiffres inquiètent le ministre de la Santé : "Le nombre des contaminations c’est un peu le précurseur, c’est l’annonce des problèmes. Et le vrai problème, c’est ce qui se passe dans les hôpitaux où la situation est toujours très pénible […] Si le nombre d’hospitalisations Covid ne baisse pas et si au contraire il y avait une augmentation, ce serait dramatique". Et de rappeler que pour éviter cette situation, il s’agit pour tout le monde d’être extrêmement prudent et limiter les contacts.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK