Coronavirus : où en est la situation dans les hôpitaux ce dimanche 5 avril ? (infographies)

Les hôpitaux belges sont actuellement en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Au total, 499 patients ont été hospitalisés au cours des dernières 24 heures, tandis que 504 personnes ont quitté l’hôpital. 5735 personnes sont actuellement à l’hôpital, dont 1261 dans des unités de soins intensifs.

Le nombre de personnes admises à l’hôpital est "le meilleur indicateur indirect de la maîtrise de cette épidémie, de la maîtrise de la propagation du virus dans la communauté", a rappelé Emmanuel André, porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19, lors d’une conférence de presse ce samedi. Mais, a-t-il ajouté, "c’est un indicateur qui arrive en retard par rapport aux efforts que vous faites".

De très importants efforts restent encore à réaliser

Comme on le voit sur le graphique ci-dessus, le nombre d’admissions à l’hôpital a très légèrement baissé. Cela ne veut pas dire que tout va bien pour autant. Certains hôpitaux sont plus en tension que d’autres et le personnel soignant dans son ensemble est plus que jamais au travail.

"Même si le nombre de personnes admises à l’hôpital reste élevé, ce nombre n’augmente plus de façon très importante comme c’était le cas au début de l’épidémie", observe Emmanuel André. C’est la preuve d’une "maîtrise de la propagation de l’épidémie". Il n'empêche, insiste le médecin, "de très importants efforts restent encore à réaliser".


►►► À lire aussi : Combien de cas de Covid-19 détectés dans votre commune ? Et combien cela représente pour 1000 habitants ?


"Le nombre journalier d’admission nettes en USI [unité de soins intensifs, ndlr] (+16) et en hôpital (+57) continue à diminuer, pourrait devenir négatif dans les prochains jours, marquant ainsi le 'pic' hospitalier attendu. Il pourrait encore il y avoir un effet rebond, mais la tendance est là", écrit l’épidémiologiste Marius Gilbert sur Twitter ce dimanche.

Parallèlement, ce spécialiste ajoute qu’il n’y a pas lieu de verser dans le "triomphalisme" ou le "relâchement". "La situation des maisons de repos est extrêmement sérieuse et pourrait se traduire dans les décès des prochains jours. L’augmentation des tests va permettre d’y réaliser des dépistages plus systématiques et d’améliorer la prévention", analyse Marius Gilbert.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK