Coronavirus en Belgique : pas tous égaux face au Covid-19, les populations précaires sont plus exposées

Actuellement en Belgique, 83.500 personnes ont été contaminées par le coronavirus depuis le début de la crise. Et depuis plusieurs semaines, le virus a resurgi, faisant craindre l’arrivée d’une deuxième vague. Après, notamment Anvers et Liège, c’est désormais Bruxelles qui est la plus touchée par la résurgence du coronavirus.

Face au coronavirus, il semble que nous ne soyons pas tous égaux. En effet, les villes et les quartiers les plus densément peuplés semblent être les plus touchés par l’épidémie. Mais ce sont aussi, les quartiers les plus défavorisés qui semblent les plus exposés.

A Bruxelles, par exemple, les communes de Saint-Josse, Anderlecht, Saint-Gilles et Schaerbeek semblent en effet plus impactées, on y enregistre le plus grand nombre de cas positifs.

Densité de population

A Saint-Josse, par exemple, on compte 27.000 personnes par km2. C’est la commune la plus densément peuplée de toute la Région bruxelloise. 120 nationalités y cohabitent.

Cette densité de population est un élément qui favorise la propagation du virus au sein de la population. D’autant que la période de retour de vacances est particulièrement critique.


►►► Lire aussi : coronavirus en Belgique : après l’économie et les familles, il est temps d’aider les plus vulnérables


Pour remédier à cette situation, un centre de dépistage a été ouvert dans cette commune. Désormais les habitants, dès ce vendredi et jusqu’au 13 septembre peuvent s’y rendre 7/7 jours, dès lors qu’ils reviennent de vacances en zone rouge ou s’ils ont une prescription.

Dans la population de Saint-Josse, en effet, il y a une certaine inquiétude face à la propagation de ce virus. "Saint-Josse, comme on le sait, il y a beaucoup de Maghrébins et de Turcs, et nous nous sommes très câlins, très famille", explique une femme venue se faire tester à l’ouverture du nouveau centre. Et elle ajoute, "nous avons perdu beaucoup de gens à cause du Covid-19 dans notre communauté".

Une question d’inégalités sociales

Pourtant, plusieurs études ont démontré que l’origine ethnique n’était pas un facteur aggravant. Mais les inégalités sociales, elles, jouent un rôle dans la propagation du virus, particulièrement dans les inégalités face à l’emploi ou encore au logement.


►►► Lire aussi : coronavirus en Belgique : soigner dans les milieux précarisés, ce que la crise a révélé


En effet, "ce que l’on voit c’est que, le Covid-19 se propage beaucoup plus dans les espaces urbains très densément peuplés, et où les espaces de vie, maisons ou appartements, sont relativement restreints", constate André Rea, sociologue à l’ULB.

Par ailleurs, "le coronavirus est plus répandu parmi les personnes qui n’ont pas pu avoir recours au télétravail, donc les livreurs, les caissiers et caissières, infirmières".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK