Coronavirus en Belgique : "Nous sommes contents de l'absence d'impact visible des mesures de déconfinement"

Week-end prolongé oblige, le centre de crise n’organisait pas de conférence de presse ce samedi pour faire le point sur l’épidémie de coronavirus.

Sciensano a par contre publié, comme tous les jours, son bulletin épidémiologique. Selon un communiqué publié par le SPF Santé, "La tendance du nombre de patients en soins intensifs diminue de 5 % par jour".

"Le vendredi 22 mai, 299 nouveaux cas ont été rapportés. 213 patients résident en Flandre, 66 en Wallonie et 20 à Bruxelles. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 56 810", précise le SPF dans un communiqué publié sur son site Internet.

Voici où en est la progression du Covid-19 en Belgique en date du 23 mai :

  • Au total, 1 388 patients sont actuellement hospitalisés. 34 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h.
  • Au total, 259 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 9 patients au cours des 24 dernières heures.
  • 15 155 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 32 au cours des 24 dernières heures.
  • 9 237 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 25 décès au cours des dernières 24h. Des décès des dernières 24h, 15 ont eu lieu à l’hôpital, 10 dans une maison de repos et de soins. Dans ce dernier groupe, 90% a été confirmé par un test COVID-19.
  • Sur les 9 237 personnes décédées, 48% sont mortes à l’hôpital, 51% dans une maison de repos et de soins, 0,2% à la maison et 0,5% à un autre endroit. Les décès à l’hôpital sont tous des cas confirmés. Les décès ayant eu lieu dans des maisons de repos et de soins concernent des cas confirmés (24%) ou des cas suspects (76%).

Tant qu'on n'est pas sur la piste, on n'est pas arrivés à destination

Pour Yves Van Laethem, porte-parole francophone du centre interfédéral, ces chiffres sont encourageants : "Nous sommes contents de l'évolution, nous sommes contents de l'absence d'impact visible des mesures de déconfinement, parce que cela veut dire que les Belges ont suffisamment bien observé ce qu'on leur disait pour qu'il n'y ait pas de rebond, se réjouit-il. Maintenant, tant qu'on n'est pas sur la piste, on n'est pas arrivés à destination."


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : plus de 50% d'excès de mortalité entre la mi-mars et début mai (infographies)


L'infectiologue rappelle d'ailleurs que l'hypothèse d'une deuxième vague n'est pas totalement exclue. "On a encore des jours devant nous avant de mesurer l'impact du 18 et du 11 mai, note-t-il. Nous avons encore d'autres phases qui sont devant nous avant de retrouver une vie normale. Tant que tout ceci n'est pas passé, la deuxième vague peut toujours se produire." Même si le médecin avoue qu'il préfèrerait "des petites vaguelettes".