Coronavirus en Belgique : les occupations des lits de soins intensifs augmentent partout, sommes-nous au bord de la saturation ? (carte)

De nouvelles mesures restrictives ont été annoncées ce vendredi pour lutter contre le coronavirus. Mais il s'agit davantage de l'adaptation des protocoles sanitaires pour plusieurs secteurs comme la culture, le sport ou encore la jeunesse. 

Des mesures loin d'être suffisantes pour bon nombre de scientifiques qui prônaient un reconfinement pour éviter la saturation des structures hospitalières. La capacité d'accueil et de soins des hôpitaux, c'est le nerf de la guerre. Non seulement les chiffres sont en hausse mais "Les hospitalisations doublent tous les huit jours", a souligné le porte-parole du centre de crise Yves Van Laethem. Pour l'heure, en Belgique la capacité des lits de soins intensifs est de 1993 lits , 573 sont occupés.

Le nerf de la guerre

Un des indicateurs qui inquiètent particulièrement les scientifiques c'est celui des hospitalisations et notamment de l'occupation des lits de soins intensifs.

Ce vendredi on compte 498 hospitalisations au cours des dernières 24h. Un total de 3649 patients sont actuellement hospitalisés en Belgique pour le Covid-19 (+11%) et 573 sont traités en soins intensifs (+9%).


►►► Lire aussi : Emmanuel André : "D'ici quelques jours, la pression sera tellement importante qu'on va devoir revenir sur les décisions"


Et même si les autorités ont annoncé des moyens supplémentaires, il faut également le personnel pour prendre en charge ces unités de soins intensifs. D'autant que les personnes atteintes du coronavirus et admises en soins intensifs sont des patients qui y restent sur une assez longue période.

Alors sommes-nous au bord de la saturation ? Etats des lieux

Situation très préoccupante à Liège 

A Liège, où la situation hospitalière est la plus préoccupante : 47% des lits de soins intensifs sont occupés soit 108 sur 230. 

D'ailleurs, de nombreux médecins et scientifiques se disent au bord de la saturation si la vitesse de propagation se poursuit de la sorte. Le docteur Philippe Devos, président du syndicat médical ABSyM, et médecin aux soins intensifs du CHC de Liège, a plusieurs fois tiré la sonnette d'alarme. Il estime qu'il est trop tard pour la province pour pouvoir éviter la saturation. 

Liège est suivi par Bruxelles-Capitale : sur 270 lits, 115 sont actuellement occupés, soit 43% des lits qui sont occupés. 

La situation plus favorable au nord ?

Lorsqu'on observe la carte, on constate qu'il y a une différence assez nette entre le nord et le sud en terme d'occupation des lits de soins intensifs. D'ailleurs, il est déjà question de transférer des malades d'un hôpital à l'autre.

Toutefois, l'augmentation des contaminations et des hospitalisations s'observe sur l'ensemble du territoire belge. D'ailleurs, c'est dans les Flandres - occidentale, orientale et au Limbourg- que l'on observe les plus fortes hausses, même si, en chiffres absolus ce sont les provinces de Liège et celle du Hainaut qui se trouvent en difficulté, c'est ce qu'a expliqué Yves Van Laethem, ce vendredi matin. 

Le Brabant Flamand est la province où l'occupation des lits de soins intensifs est la moins importante : actuellement 14% des lits sont occupés soit 19 lits sur 139. En revanche, en province d'Anvers la situation est déjà plus difficile : 25% des lits sont actuellement occupés, soit 74 sur 301.

Soins intensifs, intervention de Philippe Devos, chef de service des soins intensifs CHC Liège dans le JT du 23/10/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK