Coronavirus en Belgique : les kinés ne recevront plus de masques buccaux en cas de deuxième vague

Les kinésithérapeutes n’ont pas été inclus dans la liste des professionnels de santé qui recevront une réserve stratégique de matériel de protection en cas de deuxième vague d’infection au coronavirus, rapporte jeudi l’Association de défense professionnelle de la kinésithérapie (Axxon) dans un communiqué de presse.


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


En cas de deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, chaque médecin généraliste/spécialiste, dentiste, infirmière à domicile, aide-soignant ou sage-femme recevra 400 gants, 50 tabliers, une paire de lunettes et 1000 masques chirurgicaux. Les kinésithérapeutes de première ligne ne figurent pas sur la liste du gouvernement fédéral et devront acheter eux-mêmes le matériel. La raison invoquée par le SPF Santé publique est que des choix devaient être faits, indique l’association.

Axxon regrette cette décision et espère que le gouvernement se ravisera. Selon l’organisation professionnelle, ce dernier avait promis des nouvelles consultations il y a deux semaines, mais celles-ci sont pour le moment restées sans suite.

Axxon demande des moyens supplémentaires

En outre, Axxon dénonce le fait que le supplément corona de 500 euros prévu pour couvrir les coûts des équipements de protection des kinésithérapeutes est trop faible si ceux-ci doivent à présent acheter eux-mêmes masques, gants et désinfectants. Enfin, l’association professionnelle s’interroge toujours concernant une compensation financière supplémentaire pour la période allant de début mai à fin juin 2020. Elle appelle donc le gouvernement à clarifier la situation.

La porte-parole du ministre Philippe De Backer, en charge de l’approvisionnement en matériel médical durant la crise du coronavirus, a déclaré que des discussions avec les kinésithérapeutes étaient en cours. Elle a ajouté que ceux-ci ont reçu une compensation pour leurs frais professionnels par le biais de l’Inami.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK