Coronavirus en Belgique : les immunodéprimés recevront bien une troisième dose de vaccin Pfizer ou Moderna

La conférence interministérielle de la Santé vient d’approuver la troisième dose de vaccin à ARN-messager (Pfizer ou Moderna) pour les personnes au système immunitaire déficient.

Il s’agit notamment des personnes ayant reçu une greffe, et plus largement de toutes celles et ceux souffrant de certaines maladies, qui ne leur permettent pas de produire des anticorps avec deux doses.

Cette troisième dose avait été recommandée mardi par un rapport du Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) et de la task-force vaccination publié mardi.

Selon le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, cela concerne de 300.000 à 400.000 personnes.


►►► Frank Vandenbroucke sur la vaccination obligatoire du personnel soignant : "Il faut franchir une nouvelle étape"


Selon le rapport, une troisième dose est utile pour certaines catégories de personnes, comme celles souffrant de troubles de l’immunité innés, les patients en dialyse rénale chronique, certains patients VIH positifs, les patients ayant subi une transplantation ou encore ceux souffrant de maladies inflammatoires traitées par des immunosuppresseurs.

Une extension par étapes

Pour les personnes âgées, il n’y a pas encore de résultats d’études publiés sur l’administration de la troisième dose, constate le rapport. La task-force vaccination conseille dès lors d’attendre les analyses prévues dans les prochaines semaines sur les infections dites de percée (qui touchent des personnes entièrement vaccinées) et les résultats d’études cliniques sur l’administration d’une troisième dose.

Une extension par étapes à d’autres groupes à risque est possible aux yeux de la task-force mais seulement sur la base de recherches nationales et internationales solides et de preuves scientifiques. La task-force rappelle enfin l’importance de mesures "non pharmacologiques" comme la ventilation, la distance physique et le port du masque buccal mais aussi l’importance de la vaccination de base des Belges de plus de 12 ans.

​​​​Cette vaccination supplémentaire aura lieu à l’automne dans les centres de vaccination encore disponibles à ce moment-là. Les patients concernés seront automatiquement invités sur la base des données de leur mutuelle et de leur médecin traitant.

Réaction de la CSC

La CSC a demandé mardi que le Comité de concertation prévu vendredi ne prenne pas de décision concernant la vaccination obligatoire du secteur des soins de santé. Selon le syndicat, il faut également prendre en compte l’avis des partenaires sociaux, attendu au plus tard pour le mois de septembre, et permettre à la concertation sociale d’aborder de nombreux éléments comme la manière, le moment ou encore le champ d’application de la vaccination obligatoire.

Sur le même sujet…

JT du 17 août 2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK