Coronavirus en Belgique : le système de collecte, de traitement et de suivi des résultats ne serait pas optimal selon plusieurs centres de testing

Depuis quelques jours, plusieurs centres de test du covid-19 ont remarqué de nouveaux couacs dans le système de testing et de tracing. Les résultats tardent à arriver et il arrive même qu’ils se perdent en chemin.

C’est en tout cas ce qu’a dénoncé le centre de test de Lasne, dans le Brabant wallon. Pas un seul automobiliste ne fait la file cet après-midi pour venir se faire tester et pourtant, il y a quelques jours, ce centre de testing tournait à plein régime.

"On a été jusqu’à 250 à 300 tests par jour effectué ici en 2 heures. Ici on a eu une vingtaine à mon avis en début de période. Vers 13 heures il n’y a plus personne", explique le Docteur Aurélie De Meyer, médecin généraliste à Lasne.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique: la diminution de nouveaux cas ralentit à cause des tests et de la réouverture des écoles


 

La faute ? Le système de collecte ne fonctionnerait pas

D’après le Docteur Gaël Thiry, médecin généraliste et coordinateur du centre de testing de Lasne, ce déclin de fréquentation pourrait s’expliquer par un problème de logiciel. Le système de collecte, de traitement et de suivi du test a été modifié et il ne fonctionnerait pas.

"Depuis une dizaine de jours, on a quasi plus de résultats. Ce qui fait que les gens n’ont plus confiance alors qu’ici tout est encodé comme il faut. Je crois que les laboratoires font leur possible mais je crois que c’est dans le système complexe de transmission qu’il y a des soucis ".

Les organisateurs du système de testing se défendent

D’après Alex Legay, le co-développeur de l’application Coronalert, la nouvelle organisation ne souffre d’aucune lenteur et d’aucune mauvaise gestion.

"C’est vraiment quelque chose qui a été fait pour simplifier et pour diminuer la gestion administrative qui parfois engendrait des retards car les gens étaient surchargés. On enregistre plutôt des diminutions de délais".


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : en route pour la "la stratégie 2.0" du testing ?


Et pour rappel, depuis le 23 novembre dernier, les asymptomatiques peuvent pourtant à nouveau se faire tester. Mais d’après un médecin généraliste fatigué par toutes les complications rencontrées dans les centres de testing, si le nombre de test effectué est en chute libre, c’est parce que de moins en moins de personne voient encore l’intérêt de se faire tester.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK