Coronavirus en Belgique : ça va mieux dans les hôpitaux, mais il est "encore trop tôt pour souffler"

Les hôpitaux belges sont actuellement en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Ce vendredi, 55% des lits en unités de soins intensifs disponibles pour des patients atteints d’une infection au Covid-19 étaient occupés.

En résumé, 578 patients ont été hospitalisés au cours des dernières 24 heures, tandis que 377 personnes ont quitté l’hôpital. Au total, 5552 personnes sont actuellement à l’hôpital, dont 1205 dans des unités de soins intensifs.

Selon les chiffres fournis lors de la conférence de presse du centre de crise ce vendredi matin, il reste 1065 lits disponibles en unité de soins intensifs pour des patients atteints du Covid-19.

Comme on le voit sur le graphique ci-dessus, le nombre d’admissions à l’hôpital a très légèrement baissé. Cela ne veut pas dire que tout va bien pour autant. Certains hôpitaux sont plus en tension que d’autres et le personnel soignant dans son ensemble est plus que jamais au travail.


►►► À lire aussi : Combien de cas de Covid-19 détectés dans votre commune ? Et combien cela représente pour 1000 habitants ?


"Même si c’est l’augmentation est moins rapide de jour en jour, le nombre d’hospitalisations (+176) et d’admissions en USI [unité de soins intensifs, ndlr] (+61) augmente toujours. On espère voir ce nombre diminuer plus fortement dans les prochains jours et se mettre à être négatif.", écrit l’épidémiologiste Marius Gilbert sur Twitter.

Dans les hôpitaux, "la dynamique est en train de changer par rapport à une ou deux semaines", déclare Emmanuel André, porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19. Mais le virus continue à se transmettre d'une personne à l'autre, au sein de plus petits groupes. C'est le cas dans les maisons de repos par exemple, la où la distanciation sociale n'est pas évidente à mettre en place.

Ce n'est donc pas le moment de relâcher les efforts. "Nous voyons encore un nombre important de personnes qui doivent être admises à l'hôpital", insiste Emmanuel André. Selon lui, "le risque de saturation est présent dans chaque région".

"Le ralentissement est perceptible dans tous les signaux, mais encore trop tôt pour souffler", conclut pour sa part Marius Gilbert.

Tous nos graphiques sur l’épidémie de coronavirus en Belgique (chiffres extraits des rapports de Sciensano)

Cliquez sur les flèches en haut du module interactif pour passer d’un graphique à l’autre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK