Coronavirus en Belgique : l’immunité de groupe pourra-t-elle être atteinte après la deuxième vague ?

A quelque chose malheur est bon : la deuxième vague de l’épidémie de covid-19 en Belgique fait espérer à certains que l’on en arrive progressivement à une immunité collective : si un assez grand nombre de personnes ont été infectées et ont développé des anticorps, la communauté pourra plus facilement se prémunir du virus.

En termes techniques, la séroprévalence, c’est-à-dire la quantité de personnes ayant développé une immunité au covid-19, devrait bel et bien augmenter au vu de la deuxième vague : en septembre, elle était de 6 à 7%, voire 9% dans certains groupes. "On s’attend à dépasser les 10 ou 20%, affirme le porte-parole Yves Van Laethem. Mais on est encore très loin du niveau nécessaire pour avoir une protection de groupe", nuance-t-il. Il faudrait en effet une séroprévalence d’au moins 50-60%, voire plus, de la population pour enrayer la pandémie.


►►► À lire aussi : Covid-19 : une étude dévoile que l’immunité au virus "diminue assez rapidement", surtout pour les asymptomatiques


Si certains pays avaient opté pour cette stratégie au début de la crise, ils ont dû rebrousser chemin rapidement. "Au vu des dégâts personnels, individuels et sociaux de la deuxième vague, on se rend compte que l’immunité de groupe n’est pas gérable, note Yves Van Laethem. On ne sera pas du tout à un niveau d’immunité de groupe par cette deuxième vague."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK