Coronavirus en Belgique : imposer le port du masque au travail, une solution déjà mise en place dans certaines entreprises

Au lendemain de la décision française de rendre le masque obligatoire dans les bureaux des entreprises, la question se pose en Belgique. Certaines entreprises l’ont déjà mis en place : chez Toyota Motors Europe, par exemple, les employés doivent porter le masque en permanence dans les locaux, même face à leur ordinateur. "Après en avoir parlé avec tous les employés et les représentants, nous avons décidé d’utiliser le masque tout le temps, pour se sentir plus confortable du point de vue émotionnel", explique Miguel Fonseca, vice-président des ressources humaines.

Dans d’autres entreprises, on estime en revanche qu’avec une grande partie de collaborateurs en télétravail, la distanciation sociale rend le port du masque superflu. "Nous avons 1000 m2 pour une dizaine de personnes, remarque Cédric Pierrard, CEO d’Efficy, une société de fabrication de logiciels. Cela ne rend pas le masque obligatoire, en tout cas pour le travail au poste. Pour les déplacements, les gens mettent habituellement leur masque d’eux-mêmes."

Plusieurs voix se sont élevées pour que la Belgique imite la décision française. C’est notamment le cas de l’épidémiologiste Yves Coppieters, qui s’est fendu d’un tweet ce mardi : "Le port du masque en entreprise (dans les open spaces) devrait devenir une mesure nécessaire, comme dans les autres lieux avec forts contacts à l’intérieur". L’épidémiologiste à l’ULB précise toutefois que cela "ne devrait pas diminuer pour autant le télétravail qui lui est plus protecteur".

A la fédération des entreprises de Belgique (FEB), on préfère analyser chaque situation. "Nous partons toujours de l’analyse des risques, de la situation, explique Kris De Meester, conseiller spécialisé bien-être à la FEB. Si par exemple le couloir est à sens unique, peut-être que le masque ne doit pas être obligatoire. Si c’est un couloir étroit dans les deux sens, il faut le porter. Nous nous reposons sur le principe de prévention." En France, on estime que 24% des foyers de contamination naissent sur le lieu de travail en entreprise.

En Belgique, on ne dispose pas de ces données, note Frédérique Jacobs, la porte-parole du centre interfédéral. "Mais on sait que le travail est un endroit où les gens se voient en prenant les mêmes précautions qu’en famille, c’est-à-dire qu’ils ne mettent pas nécessairement un masque, rappelait-elle sur le plateau du 19h30 de la Une ce mercredi. Selon elle, les mesures de protection recommandées en dehors du foyer et de la famille sont "les mêmes à l’extérieur, dans un endroit public ou au travail". Le masque n’est qu’un "élément", parmi d’autres gestes barrière : avoir un espace aéré, maintenir des distances, se laver les mains… "Je pense qu’il faut surtout informer les gens, on n’a pas tellement parlé des précautions au travail pour l’instant", remarque Frédérique Jacobs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK