Coronavirus en Belgique : "Il est trop tôt pour un assouplissement des mesures", estime Frank Vandenbroucke

Un nouveau comité de concertation est programmé ce vendredi pour envisager l’après 13 décembre et notamment les fêtes de fin d’année. Faut-il s’attendre à du changement, à un assouplissement des mesures pour cette période ?

"Je ne veux pas devancer les décisions qui doivent être prises ce vendredi. Mais soyons quand même clairs. Il faut à tout prix éviter une troisième vague. Ça, c’est le grand défi. On a eu une première vague catastrophique. Une deuxième vague, pire encore. Aujourd’hui, nous comptons 15.000 Belges décédés du covid et donc de grâce, évitons à tout prix une troisième fois. Et c’est la raison pour laquelle on est prudent", déclare Frank Vandenbroucke, le ministre de la Santé au micro de Matin Première.


►►► À lire aussi : Gouvernement fédéral : a priori, les fêtes de fin d’année se fêteront en petites "bulles"


Qu’en est-il des commerces ?

Quant à la réouverture des commerces, le point d’interrogation persiste. Même si les chiffres évoluent dans le bon sens, la situation sanitaire "normale" ne sera toujours pas retrouvée.

"La situation sanitaire s’est améliorée néanmoins, elle est loin d’être OK. Chaque jour, environ 300 nouvelles personnes sont hospitalisées. Une situation pour les hôpitaux qui reste tout de même très pénible. Et donc, je crois qu’il est trop tôt pour un assouplissement des mesures. Vendredi, il y aura un comité de concertation et évidemment on examinera les chiffres", rajoute-t-il.

La circulation du virus reste importante et l’objectif premier, rappelle le ministre de la Santé, est de faire baisser drastiquement le virus. "Les chiffres s’améliorent et c’est grâce à la solidarité de tout un chacun".

Où en est la Belgique pour les vaccins ?

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait déclaré jeudi soir que, si aucun contretemps ne survient dans les semaines à venir dans les tests des vaccins de BioNtech-Pfizer et Moderna, ils pourraient déjà recevoir une autorisation de mise sur le marché conditionnelle de l’Agence européenne des médicaments (EMA) dans la seconde quinzaine de décembre.

Même si cette annonce est très encourageante, Frank Vandenbroeke rappelle qu’il faut tout de même rester prudent. "L’autorisation de mise sur le marché normalement prend des mois. Ici, la procédure a été raccourcie". Ces autorisations viendront rapidement et peut-être même début 2021, mais attention, il est important de préciser que les premières livraisons arriveront en petite quantité c’est-à-dire des milliers de vaccins et pas de millions pour vacciner toute la population directement.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : peut-être de premiers vaccins au tournant de l’année, selon Frank Vandenbroucke


Cependant il rajoute que la Belgique s’est inscrite dans une procédure européenne et qu’elle a déjà commandé des millions de doses auprès de différentes firmes pharmaceutiques.

Qui sera vacciné en premier ?

Alors qu’on parle d’une vaccination prioritaire pour les personnes travaillant dans le secteur des soins de santé, un plan de vaccination est en cours d’élaboration.

Pour le ministre de la Santé, il y a tout de même une priorité : "Il y a une logique en sachant que le volume des premières livraisons sera restreint. Il est clair qu’il faut se décider sur les priorités et qu’il est assez évident que les personnels soignants sont la priorité mais voyons d’abord les autorisations de mise sur le marché par l’agence européenne".

Un nouveau mode de fonctionnement pour le testing

À partir de ce lundi, les personnes asymptomatiques (qui n’ont pas d’effet secondaire) peuvent à nouveau se faire tester. Cela concerne les personnes qui ont eu un contact à haut risque, mais aussi ceux qui reviennent de voyage, d’une zone rouge.

"On doit être pragmatique. On a dû arrêter le testing des personnes asymptomatiques pour la simple raison que nos laboratoires étaient débordés. Il fallait attendre 5 à 6 jours pour avoir les résultats. C’était pire que mieux. Il était inévitable d’adapter la stratégie temporairement".

 


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : quand devez-vous vous faire tester ? Les règles à partir du 23 novembre


Les résultats devraient, dans la plupart des cas, être disponibles dans les 24 à 36 heures déclare le ministre de la Santé. "Je ne peux pas promettre que ce sera 24 heures pour tout un chacun. On espère que la majorité des personnes qui se sont fait teste recevra les résultats dans les 24 – 36 heures et que les délais plus longs seront l’exception".

Il conclut en rappelant que si une personne a eu un contact à risque avec une personne infectée, il est impératif de se faire tester 7 jours après le dernier contact à haut risque que la personne ait ou non des symptômes, contre 5 dans l’ancien schéma. En attendant le test, il est primordial de s’isoler le temps de recevoir les résultats.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK