Coronavirus en Belgique : "Ignorer le virus n'est pas une bonne solution"

Coronavirus en Belgique : "Ignorer le virus n'est pas une bonne solution"
2 images
Coronavirus en Belgique : "Ignorer le virus n'est pas une bonne solution" - © Tous droits réservés

Les conférences de presse du centre de crise national, présentant les nouveaux chiffres de l’épidémie de coronavirus, ont repris depuis que le nombre de cas augmente significativement dans le pays. Elles ont désormais lieu tous les lundis, mercredis et vendredis.

Un nouveau visage pour cette conférence de presse de ce lundi, la Pr. Frédérique Jacob, qui dirige la clinique des maladies infectieuses à Erasme. Elle remplace le porte-parole interfédéral Yves Van Laethem, qui finit sa quarantaine puis sera absent jusque fin août pour cause de vacances "bien méritées".

Après un petit tour d’horizon des nouveaux chiffres, qui confirment les tendances à la hausse dans les nouveaux cas (tout particulièrement en province d’Anvers, qui rassemble 47% des cas diagnostiqués des sept derniers jours), et la confirmation de la hausse des hospitalisations, les différents intervenants ont rappelé les mesures de précaution à prendre en ces temps difficiles, emplis d’incertitudes.

"C’est indéniablement une courbe inquiétante qui se dessine, les prévisions des experts ne sont pas des plus prometteuses."

"Le nombre de patients hospitalisés est limité, mais il est en augmentation. On sait qu’il y a toujours un délai entre la contamination, le développement des symptômes et l’admission à l’hôpital. Il faudra un certain afin de remettre de l’ordre dans la situation, et pour cela nous devons tous ajuster nos comportements. On prévoit quelques beaux jours en milieu de semaine, et pourrait être tenter d’oublier le virus. On en a tous un petit peu assez de cette situation, c’est normal, mais ignorer le virus n’est pas une bonne solution. Nous devons maintenir les gestes barrière" rappelle Frédérique Jacob.

Le port du masque dans les lieux fréquentés, le maintien de la distance de 1.5m, et se laver les mains, le plus souvent possible, dès que l’on a touché des objets, sont des gestes indispensables si l’on veut limiter l’impact de ce rebond dans l’épidémie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK