"Faites-le si vous voulez que l'épidémie recommence", l'inquiétude des experts à propos de l'autorisation de danser aux mariages

"Faites-le si vous voulez que l'épidémie recommence", l'inquiétude des experts à propos de l'autorisation de danser aux mariages
"Faites-le si vous voulez que l'épidémie recommence", l'inquiétude des experts à propos de l'autorisation de danser aux mariages - © Russell Monk - Getty Images

Danser lors d’une soirée de mariage est de nouveau permis, mais à certaines conditions. La règle de la "bulle" est notamment d’application sur la piste de danse, rapportent plusieurs journaux samedi.

Cette règle prévoit que "la distance d’un mètre et demi entre les invités doit être respectée, sauf si ceux-ci font partie de la même bulle sociale ou vivent sous le même toit."

Le secteur des organisateurs de mariage mise sur le sens de la responsabilité des invités. "Pour que la fête se déroule en toute sécurité, nous conseillons de diviser la piste de danse en zones pour 15 invités, distantes à chaque fois d’un mètre et demi", déclare Cynthia De Clercq, de la fédération des prestataires de mariage HL Belgique. Autre règle à respecter : la fin, à 1h du matin au plus tard, de la soirée de mariage.

Le groupe d'experts "très surpris"

Une mesure qui surprend le groupe d'experts qui conseille le gouvernement sur la sortie des mesures corona. "Cela n'a pas été discuté avec eux", a déclaré la présidente Erika Vlieghe à nos confrères de VRT NWS. 

"Pour être clair: j'aime danser moi-même. Seulement ce n'est vraiment pas sûr maintenant. Cela ouvre la porte aux mariages à l'ancienne et c'est dangereux maintenant. Notre conseil était clair, ne pas permettre cela", a-t-elle ajouté. 

 

"La danse, en particulier lors d'un mariage, est en fait un sport de contact étroit. Vous vous rapprochez les uns des autres, sautez, dansez, respirez plus vite, etc. De plus, les gens crient aussi plus fort pour s'élever au-dessus de la musique et chanter. Ce n'est pas sans raison que nous avons élaboré tant de règles dans le secteur de la culture pour garantir son bon fonctionnement. Maintenant, autoriserions-nous tout cela dans la sphère privée? Je ne comprends pas", dit Erika Vlieghe. 

"Si une personne à la fête est infectée sans le savoir et qu'elle participe à cette fête, cela peut vraiment devenir un événement où beaucoup de gens risquent d'être infectés en même temps. Nous ne sommes pas prêts pour cela. Mais si vous voulez relancer l'épidémie, faites-le", conclut-elle. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK