Coronavirus en Belgique: contrôles aux postes-frontières, déplacements vers les résidences secondaires interdits

Des contrôles sont organisés depuis vendredi, à 15h, aux postes-frontières du pays pour détecter les déplacements jugés non-essentiels dans le cadre des mesures de confinement liées à la lutte contre la propagation du coronavirus. Les déplacements vers les résidences secondaires sur le territoire belge sont par ailleurs interdits, a annoncé le cabinet du ministre de l'Intérieur Pieter De Crem.

"Les voyages touristiques vers la Belgique, en particulier sont interdits et les contrôles aux frontières seront désormais d'application", a affirmé le cabinet du ministre.

Tout déplacement vers les résidences secondaires est également interdit

Selon M. De Crem (CD&V), chaque infraction sera strictement sanctionnée. Le Comité fédéral de Coordination (COFECO) dirigé par le Centre de crise est chargé d'exécuter ces mesures. "Tout déplacement vers les résidences secondaires en Belgique est également interdit. la police fédérale et les zones de police locale sont chargées de l'application de cette mesure", a précisé le ministre de l'Intérieur.

Les contrôles seront effectués tant sur les voies routières que dans les ports, aéroports et gares d'arrêt des trains internationaux, a précisé le commissaire général de la police fédérale, Mark De Mesmaeker, lors d'un point presse.

Ces nouvelles mesures ont été prises après que des signaux venus du terrain, notamment des gouverneurs, ont indiqué que de nombreux touristes se rendaient à la Côte et en Ardenne notamment. "Elles doivent être suivies à la lettre pour qu'on ne doive pas en prendre de plus strictes", a rappelé le directeur général du centre de crise Bart Raeymaekers.

Sanctions: jusqu'à 4000 euros

Les sanctions en cas de non-respect de ces mesures peuvent aller jusqu'à 4.000 euros d'amende et/ou trois mois de prison, a précisé le commissaire général de la police fédérale. Pour simplifier les contrôles, la police demande aux travailleurs transfrontaliers de se munir d'une attestation de leur employeur pour justifier tout déplacement essentiel.

Le ministre De Crem précise que la décision a été signifiée aux capitales et ministres de l'Intérieur des Pays-Bas, de l'Allemagne, la France, le Luxembourg et la Grande-Bretagne. Le retour de citoyens belges encore à l'étranger reste autorisé.

Dans le Limbourg, 700 Néerlandais refoulés

La police a renvoyé jeudi, en cinq heures, quelque 700 Néerlandais qui avaient passé la frontière à Kinrooi, dans le Limbourg, a indiqué vendredi le bourgmestre Jo Brouns (CD&V).

Ces renvois ont eu lieu entre 15h et 20h. La frontière ne peut effectivement être franchie que pour fournir des soins aux personnes ou aux animaux ainsi que pour le travail, certainement pas donc pour faire le plein ou
du shopping. Les Pays-Bas ont une autre approche face à la pandémie de coronavirus et les mesures y sont moins strictes. A Kinrooi, des affiches ont été placées aux stations-service pour indiquer que nos voisins du nord ne peuvent pas venir y faire le plein. La police locale mène des contrôles intensifs mais contrôler la frontière en permanence n'est pas possible.

Les zones de police locale en Campine ont également commencé vendredi à mener des contrôles à la frontière avec les Pays-Bas, mais pas en permanence. "Les Néerlandais qui viennent encore en excursion en Belgique et vice versa, cela doit cesser", plaide la zone Campine nord-est.