Coronavirus en Belgique ce vendredi 17 avril : 313 nouveaux décès rapportés, pour un total de 5163

Le centre interfédéral de crise Covid-19 du SPF Santé tient sa conférence de presse quotidienne
Le centre interfédéral de crise Covid-19 du SPF Santé tient sa conférence de presse quotidienne - © YouTube

Le centre interfédéral de crise Covid-19 du SPF Santé a tenu sa conférence de presse quotidienne ce vendredi.

Voici les chiffres mis à jour et diffusés par Sciensano, à propos de la situation en Belgique arrêtée au 16 avril 2020 :

Nombre de cas rapportés au cours des dernières 24 heures : 1329 (dont 42 en maison de repos)

  •  585 en Flandre (44%)
  •  581 en Wallonie (44%)
  • 143 à Bruxelles (11%)
  • 20 cas pour lesquels les données ne sont pas disponibles

Total des cas confirmés depuis le début de la crise : 36 138 (dont 2275 en maison de repos)

Nombre de nouvelles hospitalisations : 320 (399 personnes ont pu quitter l'hôpital)

Nombre de décès rapportés au cours des dernières 24 heures : 313 (114 en hôpital et 199 en maison de repos, dont 24% de ces cas confirmés par un test)

Total des décès rapportés depuis le début de la crise : 5163 (2486 en hôpital, 2586 en maison de repos)


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Depuis le début de la pandémie, un total de 5163 décès ont été rapportés en Belgique, dont 2586 en maisons de repos. Parmi ces 5163 décès rapportés, 2.538 l'étaient en Flandre (49%), 1.810 en Wallonie (35%) et 815 à Bruxelles (16%).

Le pays compte 36.138 cas confirmés par un test jusqu'à présent: 21.085 (58%) en Flandre, 10.909 (30%) en Wallonie, et 3.611 (10%) à Bruxelles.

Nombre d'hospitalisations

En date de jeudi, 5.161 lits d'hôpital dont 1.140 lits en unité de soins intensifs étaient occupés par des patients confirmés Covid-19, parmi lesquels 846 nécessitaient une assistance respiratoire. Le nombre total de lits occupés a diminué de 148 unités (dont 42 en soins intensifs) par rapport à la journée précédente.

Qui sont les personnes nouvellement infectées?

Emmanuel André a répondu à l'affirmation selon laquelle les personnes hospitalisées aujourd'hui étaient celles qui avaient brisé les  règles du confinement.

"Se rendre dans un magasin de bricolage n'est pas une excursion familiale"

Le porte-parole du Centre de crise  Benoît Ramacker est revenu sur la décision d'autoriser l'ouverture des jardineries et des magasins de bricolage annoncée par le Conseil National de Sécurité. Le public qui fréquentera ces lieux doit respecter les mêmes consignes que lorsqu'il se rend dans un magasin d'alimentation, a-t-il rappelé: distance physique de sécurité, occupation maximum d'un client par 10 m2. Il faut rester une demi-heure maximum sur place : "Le fait de se rendre dans un magasin de bricolage ou une pépinière n'est pas une excursion familiale. Vous ne pouvez y aller que seul, juste pour prendre le matériel nécessaire. Ne faisons que des déplacements essentiels. Tout rassemblement reste interdit".

Le virus vient-il d'un laboratoire chinois?

Emmanuel André a été amené à commenter l'hypothèse selon laquelle le coronavirus serait originaire d'un laboratoire chinois. "Ce que nous savons, c'est que ce virus est très probablement issu de l'environnement naturel. Des virus très similaires à celui-ci circulent parmi les chauves-souris en Chine. Ce virus a probablement été accidentellement transmis à l'homme, peut-être via un animal intermédiaire, ou du fait que, en Chine, on consomme ces chauves-souris. Nous n'avons aucun argument pour affirmer que ce virus se serait échappé ou aurait été fabriqué ou modifié dans un laboratoire. La structure génétique de ce virus est naturelle. Quand on modifie les gènes d'un virus, cela laisse des traces qu'on peut remarquer. Et dans ce cas-ci, nous n'avons aucune indication dans ce sens. Comme cela a été le cas pour de nombreux pathogènes à travers l'histoire, il s'agit probablement d'un accident de la nature où un virus qui circule parmi les animaux s'est transmis à l'homme, et a développé la capacité de se transmettre d'homme à homme, ce qui a provoqué cette épidémie".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK