Coronavirus en Belgique ce mardi 19 octobre : la hausse des contaminations et des admissions s’accélère encore

La hausse des chiffres de l’épidémie de coronavirus en Belgique qui s’est annoncée la semaine dernière est en train de s’emballer : elle s’accélère, aussi bien en ce qui concerne les cas détectés que les admissions.  Alors qu'on tournait depuis plusieurs semaines autour d'une moyenne de 2000 cas par jour, on est rapidement passés à une moyenne de 3000 contaminations quotidiennes.

Si le tableau affiche désormais une augmentation de 46% des cas détectés (ce qui veut dire un doublement des cas en moins de deux semaines) et de 29% des hospitalisations, les derniers chiffres enregistrés laissent apparaître une hausse plus importante encore en une semaine : on tend désormais vers des augmentations de plus de 60% en une semaine. On a ainsi atteint en fin de semaine des pics de plus de 4100 cas et 97 admissions en un jour, des chiffres qu'on n'avait plus atteint depuis 4 ou 5 mois.

Cette hausse des cas est désormais constatée dans toutes les régions et pour toutes les catégories d’âge (même si elle est particulièrement impressionnante dans certaines provinces comme la Flandre occcidentale, où les cas ont plus que doublé en une semaine). Et c’est une mauvaise nouvelle pour Bruxelles et Liège, notamment, où l’incidence restait haute, et le taux d’occupation des hôpitaux un peu plus important (aux alentours de 20% de patients Covid en soins intensifs).

Selon Yves Van Laethem, on devrait cependant échapper à une quatrième vague de l’ampleur des précédentes, car cette augmentation part d’un niveau d’hospitalisation plus bas, grâce à la vaccination.

Selon la projection du statisticien gantois Bart Mesuere, si elles suivent la tendance actuelle, les admissions devraient cependant rejoindre dans deux semaines celui atteint en mars-avril lors de la troisième vague, la moins forte que la Belgique ait connue.

2 images
© Bart Mesuere

Les décès restent eux aussi en légère hausse, mais leur évolution est plus décalée dans le temps: l'augmentation actuelle est plus en lien avec celle de début septembre à Bruxelles.

Les chiffres consolidés du tableau de Sciensano

Note : ces chiffres sont tirés des données actualisées publiées par Sciensano en open data et mises sous forme de tableau ici.

Cas détectés¹ : entre le 9/10 et le 15/10, 3010 nouvelles infections au coronavirus ont été détectées en moyenne chaque jour. C’est une hausse de 46% par rapport à la semaine précédente.

Tests : entre le 9/10 et le 15/10, une moyenne de 48.418 tests ont été effectués quotidiennement, un total en hausse de 9% par rapport à la semaine précédente.

Admissions : elles s’élèvent en moyenne à 73,3 entre le 12/10 et le 18/10. C’est une augmentation de 29% par rapport à la semaine précédente.

Personnes hospitalisées² : 914 patients sont actuellement hospitalisés en lien avec le Covid-19, dont 229 patients traités en soins intensifs.

Taux de positivité³ : sur la base des résultats des tests obtenus entre le 9/10 et le 15/10, il est de 6,4%, en hausse de 1,4% par rapport à la semaine dernière.

Taux de reproduction : calculé sur la base de l’évolution des admissions, le Rt du coronavirus s’établit aujourd’hui à 1,21. Lorsqu’il est supérieur à 1, cela signifie que la transmission du virus s’accélère.

Décès : entre le 9/10 et le 15/10, 10,7 personnes sont décédées en moyenne des suites du virus. Depuis le début de l’épidémie, 25.780 personnes sont mortes du coronavirus.

¹ Les cas détectés sont le nombre de patients pour lesquels un test positif a confirmé la présence du virus. La date qui est considérée est celle du diagnostic, pas du résultat du test. Les données sont considérées comme consolidées après 4 jours. Le nombre de cas peut dépendre en partie de la stratégie de testing : si on teste plus systématiquement, on détecte aussi plus de cas.

² Dans les personnes hospitalisées sont comptabilisés des patients déjà hospitalisés pour une autre raison, et qui ont effectué un test positif.

³ Le taux de positivité est le nombre de tests positifs par rapport au nombre de tests effectués. Une même personne peut être testée plusieurs fois. Il dépend lui aussi de la stratégie de testing : si on ne teste pas assez, le taux de positivité va être plus élevé.

Déclic du 15/10/2021:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK