Coronavirus en Belgique ce jeudi 16 avril : 417 nouveaux décès rapportés pour un total de 4857

Les porte-paroles du centre interfédéral de crise Covid-19 (archive)
Les porte-paroles du centre interfédéral de crise Covid-19 (archive) - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le centre interfédéral de crise Covid-19 du SPF Santé a tenu sa conférence de presse quotidienne ce jeudi.

Voici les chiffres mis à jour et diffusés par Sciensano, à propos de la situation en Belgique arrêtée au 15 avril 2020 :

Nombre de cas rapportés au cours des dernières 24 heures : 1236 (dont 396 en maison de repos)

  • 834 en Flandre (67%)
  • 329 en Wallonie (27%)
  • 64 à Bruxelles (5%)
  • 9 cas pour lesquels les données ne sont pas disponibles

Total des cas confirmés depuis le début de la crise : 34 809 (dont 2233 en maison de repos)

Nombre de nouvelles hospitalisations : 310, soit 206 en moins (455 personnes ont pu quitter l'hôpital)

Nombre de décès rapportés au cours des dernières 24 heures : 417 (127 en hôpital et 289 en maison de repos, dont 31% de ces cas confirmés par un test)

Total des décès rapportés depuis le début de la crise : 4857


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Le nombre total de cas confirmés a augmenté en raison de l'inclusion des premiers tests réalisés en maisons de repos depuis le 10 avril. "Cela ne signifie pas que le virus circule plus qu'auparavant dans la population", précise Sciensano.

Depuis le début de la pandémie, un total de 4.857 décès ont été rapportés en Belgique, dont 2.387 en maisons de repos. Le pays compte 34.809 cas confirmés par un test jusqu'à présent: 20.500 (59%) en Flandre, 10.328 (30%) en Wallonie, et 3.468 (10%) à Bruxelles.

 

Nombre d'hospitalisations

En date de mercredi, 5.309 lits d'hôpital dont 1.182 lits en unité de soins intensifs étaient occupés par des patients confirmés Covid-19, parmi lesquels 868 nécessitaient une assistance respiratoire. Le nombre total de lits occupés a baissé de 206 unités (dont 22 en soins intensifs) par rapport à la journée précédente.

"La tendance vers une diminution lente mais réelle du nombre de patients hospitalisés se confirme", a déclaré le porte-parole interfédéral Covid-19 Emmanuel André. "La prolongation des mesures - hygiène des mains, distance physique, ...- reste nécessaire. C'est extrêmement important de pouvoir maintenir cet effort parce que ce que nous faisons aujourd'hui va encore déterminer pendant les semaines qui viennent l'évolution de cette épidémie."

Le porte-parole du Centre de crise Benoît Ramacker a commenté les mesures annoncées mercredi après la réunion du Conseil National de Sécurité. Tout cela est destiné à amener la courbe des personnes infectées vers le niveau le plus bas possible, a-t-il dit.

Faut-il encourager la fabrication de masques?

Il a été demandé à Emmanuel André s'il conseillait au public de commencer à fabriquer des masques buccaux. "L'utilité de porter des masques est incontestable, et certainement dans les situations où les personnes sont fortement exposées dans des communautés à risque. Actuellement, nous les utilisons dans toutes les institutions de soin. Et, dans une logique de réouverture de notre société à un certain nombre d'activités, le port du masque sera probablement un des éléments qui permettra de continuer à contenir le rythme de propagation du virus dans notre communauté", a-t-il répondu.

"Quels types de masques seront distribués? Dans quels types d'indications ces masques devront-ils être portés? Cela pourra être précisé avec le temps. Il existe différents types de masques : des masques médicaux que nous connaissons tous. Il est aussi possible de produire des masques, que ce soit de façon industrielle ou individuelle. Ce qui est important dans la production de ces masques, c'est de suivre les recommandations pour produire ces masques de façon rigoureuse. En aucun cas le port du masque, ou la fabrication de masques ne devraient nous faire diminuer la rigueur avec laquelle nous suivons les mesures de distanciation physique, d'hygiène des mains. C'est un ensemble de mesures qui nous permettra de continuer à évoluer vers la sortie", a-t-il ajouté.

Enfin, Emmanuel André a répondu à la question : est-il vrai que les enfants de moins de 10 ans sont relativement épargnés par le virus?

Voici sa réponse: