Coronavirus en Belgique ce 5 octobre : la stabilisation espérée n’a pas eu lieu, le nombre de cas nettement en hausse dans tout le pays

Comme tous les deux jours, le centre interfédéral a tenu sa conférence de presse ce lundi 5 octobre, afin de faire le point sur l’évolution de la pandémie de covid-19 en Belgique. Une conférence attendue au vu de l’évolution des chiffres ces derniers jours. Le cap des 2000 nouveaux cas par jour en moyenne a en effet été franchi, et 20 décès ont été enregistrés en 24 heures, ce qui n’était plus arrivé depuis plusieurs mois.

Pour le porte-parole interfédéral Covid-19, l'infectiologue Yves Van Laethem, cette évolution replace la courbe de la Belgique dans la lignée de celles des pays voisins, mettant à mal le relatif optimisme qui prévalait jusqu’à présent :"Malheureusement la stabilisation espérée n’est plus d’actualité. Au contraire, on constate à nouveau une nette augmentation du nombre de cas dans toutes les provinces et dans tous les groupes d’âge". Une nouvelle augmentation qui replace la courbe belge dans la lignée de celles des pays voisins dont la France ajoute le virologue.


►►► À lire aussi : Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


Tous les groupes sont impactés par cette augmentation, les 20-29 ans demeurant les plus touchés, suivis par les 10-19 ans, surtout les 17-19. Les cas chez les plus de 90 ans inquiètent, ceux-ci ayant été multipliés par dix ce dernier mois.  

Géographiquement, ce sont ls provinces de Namur et du Luxembourg qui enregistrent les plus fortes augmentations avec respectivement 95% et 67%.

Taux de positivité stable en Belgique mais explose à Bruxelles

Si le taux de positivité se maintient à 6,7% en moyenne pour la Belgique, la région de Bruxelles enregistre, elle, une forte augmentation puisqu'il y atteint 12,7%.

Un chiffre lié aux fortes augmentations dans les communes de Molenbeek-Saint-Jean, Bruxelles-ville, Schaerbeek et Anderlecht. Ces quatre communes représentent d'ailleurs à elles seules 10% de l'ensemble des nouveaux cas diagnostiqués en Belgique, précise Yves Van Laethem.

De son côté, l'ancien porte-parole interfédéral Covid-19, Emmanuel André, fait remarquer sur Twitter que beaucoup de ces nouveaux cas positifs sont très contagieux. En cause, l'importante charge virale dont ils sont porteurs.

Une concentration qu'il qualifie de gigantesque et qui expliquerait également le taux de positivité très important atteint à Bruxelles. 

L'indifférence et le laxisme sont des partenaires très fidèles pour le virus

Une évolution des chiffres qui a inquiète d'ailleurs Benoît Ramacker. Le porte-parole du Centre de crise national a en effet invité les Belges à ne plus relativiser ni minimiser la situation. "Les dangers sont les suivants. L'indifférence et le laxisme sont des partenaires très fidèles pour le virus. Certaines personnes sont peut-être découragées, car cela dure en effet depuis plusieurs mais cela risque, nous le réalisons maintenant, de durer encore plusieurs mois."

Une situation qu'il convient cependant d'aborder avec solidarité car "c'est uniquement si l'on agit ensemble que l'on va pouvoir continuer à ralentir la propagation du virus. On ne peut pas simplement être passif. On le sait, on le dit et on le répère. Nous sommes tous acteurs de notre santé, de la protection de nos proches". 

Ce sont donc les comportements à venir qui vont déterminer comment évoluera la courbe épidémiologique.

Appel à installer l'application Coronalert

Parmi les moyens mis en oeuvre pour lutter contre la propagation du coronavirus, Benoît Ramacker rappelle l'existence de l'application Coronalert. Une application déjà installée par près de 700.000 Belges. Un chiffre important mais pas encore suffisant. Le porte-parole du centre de crise a d'ailleurs lancé un appel aux entreprises et collectivités afin qu'ils invitent leurs membres et leur personnel à installer l'application. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK