Coronavirus en Belgique ce 25 novembre : il est "trop tôt pour baisser les bras", selon Sciensano

Comme tous les deux jours en semaine, le centre interfédéral de crise et l’institut de Santé publique Sciensano tiennent une conférence de presse à 11h sur l’état de la pandémie de covid-19 en Belgique ce mercredi 25 novembre.

Selon les chiffres provisoires publiés par Sciensano, 4823 personnes sont encore hospitalisées en ce moment pour le coronavirus en Belgique (4823, -5%), dont 1106 patients traités aux soins intensifs (-5%). Trois quarts d’entre eux nécessitent une assistance respiratoire. 282 patients sont admis tous les jours en moyenne, soit une baisse de 31% par rapport à la semaine précédente. "Cela continue de la même manière que lors de la phase descendante de la première vague", note le porte-parole de Sciensano, Yves Van Laethem, "il n’y a pas d’inquiétude à ce niveau-là."

On déplore actuellement 162 décès par jour en moyenne, soit 15% de diminution par rapport à la semaine précédente.

Le nombre de contaminations était de 3142 cas quotidiens en moyenne sur la période de référence du 15 au 21 novembre, soit une baisse de 35% par rapport aux sept jours précédents. On observe une diminution de 50% des contaminations tous les onze jours.


►►► À lire aussi : Retrouvez en cliquant ici notre article mis à jour quotidiennement avec l’ensemble des chiffres sur l’épidémie de Covid-19 en Belgique


Sciensano estime qu’il n’y a pas encore eu d’impact du changement de la stratégie de testing (les personnes asymptomatiques sont de nouveau testées depuis quelques jours). "On ne s’attend pas à voir un impact visible avant la fin de la semaine", note Yves Van Laethem. La baisse des chiffes se voit dans tous les groupes d’âges, même si elle est moins prononcée chez les enfants et les adolescents. "Ces chiffres et ces observations ne peuvent pas s’appliquer à la réintroduction des enfants dans les écoles", a expliqué le porte-parole. 15% des infections concernent elles toujours les plus de 80 ans.

Hainaut en tête

En termes de chiffres absolus, c’est toujours la province de Hainaut qui est en tête des infections, avec 475 nouveaux cas. Cela ne représente toutefois qu’un sixième de ce qui avait été atteint lors du pic en octobre.

"Les tendances se poursuivent, heureusement, après avoir connu une croissance exponentielle", note Yves Van Laethem. On voit effectivement une diminution rapide et persistante des chiffres : la Belgique présente donc des résultats moins dramatiques, explique le virologue, que nos voisins les Pays-Bas, la France et le Luxembourg, actuellement en tête du classement européen.

Mais il est encore "trop tôt pour baisser les bras", rappelle Yves Van Laethem : "Il faut maintenir l’effort pour atteindre une baisse drastique des infections et un soulagement du système hospitalier", affirme-t-il.

Concernant la mobilité, dont il a été démontré qu’elle a un impact sur le nombre de contaminations, Sciensano constate qu’elle a fortement diminué et qu’elle doit se stabiliser. "Il faut maintenir le maximum de télétravail pour diminuer déplacements et contacts", rappelle Yves Van Laethem.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK