Coronavirus en Belgique ce 23 septembre : la tranche 17-19 ans particulièrement touchée

Coronavirus en Belgique ce 23 septembre : suivez la conférence de presse du centre de crise en direct à partir de 11h
Coronavirus en Belgique ce 23 septembre : suivez la conférence de presse du centre de crise en direct à partir de 11h - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Comme tous les deux jours, Sciensano et le centre interfédéral de crise covid-19 ont tenu ce mercredi à 11h une conférence de presse pour évoquer l’évolution de la situation épidémiologique dans notre pays.

Au total, 105.226 contaminations au coronavirus ont été comptabilisées, ressort-il mercredi des chiffres provisoires de la dernière mise à jour du tableau de bord de l’Institut de santé publique.


►►► Retrouvez tout notre dossier sur l’épidémie de coronavirus


Au cours des sept derniers jours, Sciensano a recensé 1374 nouveaux cas par jour en moyenne, ce qui représente une augmentation de 60%. "On semble constater un ralentissement dans l’augmentation de la courbe des derniers jours, note toutefois le porte-parole Yves Van Laethem. On peut peut-être espérer atteindre un plateau."

La tranche d’âge la plus touchée est celle des 10-20 ans, suivie de 20-30 ans. Parmi les 10-20 ans, ce sont surtout les 17 à 19 ans qui sont concernés.

La tranche +50-60 ans a vu une augmentation significative, comme celle des plus de 70 ans, dont le nombre de cas dépistés a doublé. "On part de chiffres bas, rappelle Yves Van Laethem, mais à nouveau on a plus de personnes dépistées positives et donc qui pourraient avoir un problème d’évolution clinique après sept à quatorze jours.


►►► "Coronaparty" dans les kots de Louvain-la-Neuve : prise de risque sanitaire et financière de la part des étudiants


La situation est globalement similaire dans toutes les régions du pays, avec Bruxelles (300 nouveaux cas par jour en moyenne), Anvers (246 nouveaux cas) et Liège (193 nouveaux cas) en tête.

Au niveau des admissions à l’hôpital, il y a depuis 18 jours une augmentation progressive, avec 53 nouvelles admissions par jour au cours des 7 derniers jours, dont 69 ce mardi, un chiffre important. "Si on n'atteint pas de plateau, on pourrait atteindre, d’ici une grosse semaine, 100 admissions par jour", prévient Yves Van Laethem.

Par ailleurs, le taux de mortalité reste, lui, relativement bas : 3 décès par jour en moyenne, soit 23 décès en tout sur les 7 derniers jours.

Etats grippaux

Sciensano porte son attention sur les consultations chez le médecin pour des états grippaux, qui a augmenté pour atteindre 164 consultations pour 100.000 habitants. Un taux qui dépasse le seul habituel qui indique que le virus de la grippe est présent. "Sauf que la grippe n'est pas là", note Yves Van Laethem. C'est donc bien à cause de la reprise de l'épidémie que ce nombre a augmenté. Durant le mois de septembre, 21% des patients ont eu un test positif, contre 12% au mois d'août et 7% en juillet.

"La même base de données nous permet de voir que 25% des patients covid avaient voyagé durant les deux dernières semaines", affirme le porte-parole, qui note que ce chiffre est plus faible qu'en août, où 44% des patients revenaient de vacances. "Les voyages ont pu jouer un rôle significatif, note-t-il. Ceci est en train de diminuer, l’impact des vacances va s’affaiblir."

Chacun d’entre nous est une pièce du puzzle, une partie de la solution

"L'augmentation du nombre d'hospitalisations doit nous inquiéter ou à tout le moins attirer notre attention", note le porte-parole du centre interfédéral Benoît Ramacker. Il cite une étude réalisée dans le cadre de la campagne "11 millions de raisons", et note que les Belges sont "de plus en plus conscients que nous allons dans une direction qui peut être difficile". 57% des personnes interrogées craignent des mesures renforcées, contre 37% il y a deux semaines. "Un certain nombre de personnes affirment avoir renforcé leur respect des mesures sanitaires, affirme le porte-parole. Ce sont nos comportements qui déterminent cette courbe, et pas le contraire."

Alors qu'un CNS a lieu ce mercredi, Benoît Ramacker a rappelé que "quelles que soient les décisions, nous le savons, tout le monde doit prendre ses responsabilités. Chacun d’entre nous est une pièce du puzzle, une partie de la solution." Il annonce que la campagne "11 millions de raisons" va continuer, et tenter d'apporter des informations à des groupes cibles plus difficiles à atteindre, comme les plus jeunes ou les personnes ne parlant pas la langue. Il rappelle également que les décisions du CNS pourront être connues grâce à Be-Alert, disponible via le site www.be-alert.be.

Une question a été soulevée ce mercredi : puisque le taux d'hospitalisations atteint celui de mars, doit-on craindre un nouveau lockdown ? "Si on ne regarde que les chiffres, on peut noter que les chiffres d’hier et de mars sont extrêmement proches, admet Yves Van Laethem. La grande différence, c’est que la rapidité d’évolution, le taux de doublement est totalement différent." Au plus fort de l'épidémie et au maximum de sa vitesse, le virus montrait un taux de doublement tous les trois jours. Actuellement ce taux est de dix jours. "Il faut éviter que ce taux se raccourcisse", prévient le porte-parole.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK