Coronavirus en Belgique ce 19 mars : la moyenne du nombre de nouvelles hospitalisations grimpe à 185, en hausse de 27%

Tous les indicateurs de l’épidémie de coronavirus en Belgique montrent que la tendance à la hausse se poursuit. Le nombre de contaminations, le taux de positivité, les admissions à l’hôpital, et surtout le nombre de patients hospitalisés en soins intensifs, tout augmente et de façon importante, puisque pour les cas détectés, le pourcentage de hausse dépasse les 30%. Il faut dire qu’avec 5187 cas détectés sur la seule journée de lundi, c’était non seulement une forte hausse mais aussi le plus grand nombre de cas enregistrés en un jour depuis le 16 novembre, deux semaines seulement après le pic de la deuxième vague.

Seuls les décès continuent à afficher une tendance à la baisse, un effet notable de la vaccination dans les maisons de repos notamment. Il faut d’ailleurs noter que les plus de 80 ans ne sont concernés ni par la hausse des contaminations, ni par celles des admissions à l’hôpital : les témoignages du terrain le confirment, ce sont en général des patients plus jeunes qui sont hospitalisés, même en soins intensifs.

Autre lueur d’espoir : même si l’augmentation des contaminations est toujours très nette, elle ne semble plus s’accélérer comme elle le faisait depuis près d’une semaine.

En comparant chaque jour le nombre de cas supplémentaires enregistrés par rapport au même jour de la semaine précédente, la progression était fulgurante, passant en une semaine de 5, puis 30, puis 40, et ce jeudi 49% d’augmentation. On enregistre ce vendredi 19 mars 4659 cas détectés supplémentaires. Ça reste une très forte augmentation par rapport à la semaine dernière (3503 cas), mais qui tourne à nouveau vers 30% d’augmentation : on pourrait donc quitter ce phénomène de forte exponentielle où on observe une hausse qui en pourcentage est chaque jour supérieure à celle du jour précédent, et qui devient donc incontrôlable. Et ce malgré des variants désormais majoritaires, et plus transmissibles. Une des différences est que la hausse très brusque des deux précédentes vagues s’est produite dans un cadre où l’Horeca par exemple était ouvert, et les événements "super-propagateurs" plus nombreux.

La courbe continuant toutefois à monter, et le nombre d’admissions suivant avec retard celle des contaminations, il va falloir du temps pour contenir ce nouvel afflux de patients malades dans les hôpitaux. Mais il reste possible des les contenir à un pic moins dramatique que lors des deux précédentes vagues.

Attention, toutefois, on part d’un niveau qui est déjà très haut : le niveau d’occupation en soins intensifs est celui qui était le nôtre le 21 octobre, 19 jours seulement avant le pic de la deuxième vague et ses 1474 lits occupés.

Les chiffres consolidés d’après le tableau de Sciensano

Note : ces chiffres sont tirés des données actualisées publiées par Sciensano en " opendata ", et mises sous forme de tableau ici : https://datastudio.google.com/embed/reporting/c14a5cfc-cab7-4812-848c-0369173148ab/page/ZwmOB

Cas détectés*: Entre le 9 et le 15 mars, 3266nouvelles infections au coronavirus ont été détectées en moyenne chaque jour. C’est une hausse de 34% par rapport à la semaine précédente. 

Admissions : elles s’élèvent en moyenne à 185,1 entre le 12 et le 18 mars. C’est une hausse de 27% par rapport à la semaine précédente.

Taux de reproduction : Calculé sur base de l’évolution des admissions, le Rt du coronavirus s’établit aujourd’hui à 1,16, contre 1,12 la veille. Lorsqu’il est supérieur à 1 cela signifie que la transmission du virus s’accélère.

Personnes hospitalisées**: 2.140patients sont actuellement hospitalisés en lien avec le Covid-19, dont 543 patients traités en soins intensifs.

Entre le 9 et le 15 mars, une moyenne de 49.100 tests ont été effectués quotidiennement, en hausse de 11% par rapport à la semaine précédente.

Taux de positivité***: sur base des résultats des tests, il est de 7%, contre 6,8% la veille.

Décès : Entre le 9 et le 15 mars, 22,9 personnes sont décédées en moyenne par jour des suites du virus. Depuis le début de l’épidémie, 22.624 personnes sont mortes du coronavirus.

 

¨* Les cas détectés sont le nombre de patients où un test positif a confirmé la présence du virus. La date qui est considérée est celle du diagnostic, pas du résultat du test. Les données sont considérées comme consolidées après 4 jours. Le nombre de cas peut dépendre en partie de la stratégie de testing : si on teste plus systématiquement, on détecte aussi plus de cas.

** : Dans les personnes hospitalisées sont comptabilisés des patients français transférés dans notre pays (mais ceux-ci ne sont pas comptabilisés dans les admissions), ainsi que des patients déjà hospitalisés pour une autre raison, et qui ont effectué un test positif

***Le taux de positivité est le nombre de tests positifs par rapport au nombre de tests effectués. Une même personne peut être testée plusieurs fois. Il dépend lui aussi de la stratégie de testing : si on ne teste pas assez, le taux de positivité va être plus élevé.

 

***Le taux de positivité est le nombre de tests positifs par rapport au nombre de tests effectués. Une même personne peut être testée plusieurs fois. Il dépend lui aussi de la stratégie de testing : si on ne teste pas assez, le taux de positivité va être plus élevé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK