Coronavirus en Belgique ce 16 mars: "Il ne faut pas se voiler la face", les hôpitaux se remplissent à nouveau

Alors que les hôpitaux belges se remplissent à nouveau de patients atteints de coronavirus, que le vaccin Astrazeneca pose question, le Centre de crise et l'institut Sciensano organisent ce mardi leur conférence de presse bi-hebdomadaire pour faire le point sur la situation épidémiologique de la Covid-19.

Les hôpitaux se remplissent à nouveau 

D'emblée Yves Van Laethem annonce qu'il ne faut pas se voiler la face, le plateau actuel est à la hausse. "Le chiffre de 3000 contaminations par jour sera atteint cette semaine."

Le porte-parole interfédéral souligne également que les admissions aux soins intensifs repassent pour la première fois en 2021 la barre des 500 cas, selon la mise à jour du tableau de bord de Sciensano de ce mardi 16 mars. 2000 patients hospitalisés dont 500 lits occupés en soins intensifs, soit plus d'un quart des capacités, une première en 2021. "La dernière fois, c'était en décembre mais nous étions dans une courbe descendante, Les patients vont donc plus rapidement en soins intensifs", précise Van Laethem. 


►►► Coronavirus: pourquoi les personnes en soins intensifs augmentent plus vite que les contaminations et les admissions ?


Une hausse des admissions qui s'inscrit à la suite de la hausse rapide des contaminations observée depuis jeudi dernier. 150 nouvelles admissions ont ainsi été enregistrées en 24 heures, un nombre très élevé " Et nous devrions arriver aux alentours de 180 admissions par jour d'ici la fin de la semaine". 

S'il cherche à rester rassurant en évoquant la baisse des décès qui se poursuit, le porte-parole interfédéral rappelle qu'il est plus que jamais nécessaire de respecter encore et toujours les mesures en vigueur. 

Les chiffres consolidés du tableau de Sciensano

Cas détectés: Entre le 6 et le 12 mars, 2844 nouvelles infections au coronavirus ont été enregistrées en moyenne chaque jour. C'est une augmentation de 21% par rapport à la semaine précédente. 

Tests: Entre le 6 et le 12 mars, une moyenne de 46.700 tests ont été effectués quotidiennement, un total en hausse de 7% par rapport à la semaine précédente.

Admissions: elles s'élèvent en moyenne à 161,7 entre le 8 et le 14 mars. C'est une hausse de 11% par rapport à la semaine précédente.

Taux de reproduction: Calculé sur base de l'évolution des admissions, le Rt du coronavirus s'établit à 1,11, contre 1,09 la veille. Lorsqu'il est supérieur à 1, cela signifie que la transmission du virus s'accélère.

Personnes hospitalisées2112 patients sont hospitalisés en lien avec le Covid-19 , dont 503 patients traités en soins intensifs. Dans les personnes hospitalisées sont comptabilisées des patients français transférés dans notre pays (mais ceux-ci ne sont pas comptabilisés dans les admissions).

Taux de positivité: il remonte à 6,6%.

Décès: Le nombre total de morts a brusquement augmenté, suite à une correction des données hospitalières par Sciensano, ajoutant 86 décès entre le 18  mars et le 21 janvier.  Selon le tableau, entre le 6 et le 12 mars, 24,4 personnes sont décédées en moyenne par jour des suites du virus, soit 9% de moins que la semaine précédente.

Malgré ces chiffres, Yves Van Laethem demeure confiant, notamment car nous entrons dans une nouvelle phase de vaccination et que la vaccination montre son efficacité dans la lutte au coronavirus, notamment dans les maisons de repos.

La question du vaccin Astrazeneca

À propos de la polémique qui enfle en Europe autour du vaccin Astrazeneca et du risque inhérent à son administration, Yves Van Laethem rappelle les raisons pour lesquelles la Belgique a, pour l'instant, décidé de continuer à l'administrer, s'incrivant dans les propos du ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke: "arrêter cette campagne de vaccination en sachant qu’il y a une telle circulation du virus serait irresponsable, parce que c’est une protection sûre, efficace, contre cette maladie {...} mais la sécurité du vaccin est très importante. Nous voulons nous renseigner, nous exigeons que l’Agence européenne des médicaments analyse toutes les données et nous rende un rapport jeudi".  

"Il ne faut pas croire que l'on fait fi de la sécurité des personnes vaccinées. Tout qui aurait des effets secondaires doit contacter son médecin traitant ou son pharmacien. Pas seulement les thromboses, mais tout effet secondaire. Il faut les rapporter afin que nous puissions les juger", a par ailleurs ajouté le porte-parole fédéral.

Le variant breton

Sur le variant détecté en Bretagne, Yves Van Laethem souligne qu'il n'a toujours pas été détecté dans notre pays, et bien que l'une de ses caractéristiques apparentes serait qu'il ne soit pas toujours détectable (selon les tests) il demeure néanmoins surveillé de très près.


►►► A lire aussi: Pourquoi les personnes en soins intensifs augmentent plus vite que les contaminations et les admissions ?


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK