Coronavirus en Belgique: 68% des jeunes ne respectent plus les règles de distanciation, selon la dernière enquête Sciensano

Une majorité de Belges ne respectent désormais plus toutes les règles sanitaires liées au Covid-19. La plupart parce qu’ils pensent qu’ils sont suffisamment prudents ou que ce n’est pas nécessaire, une moitié parce qu’ils les trouvent trop strictes.

La 6e enquête de santé COVID-19 de Sciensano, qui a eu lieu en mars 2021, a de nouveau interrogé les participants sur leur niveau de connaissance en ce qui concerne la COVID-19 et sur le respect des mesures prises pour lutter contre le virus*.

Les personnes qui avouent ne pas respecter toutes les règles étaient proportionnellement moins nombreuses en avril 2020, au début de la pandémie, mais leur proportion a augmenté en juin et en septembre 2020.

En décembre, le pourcentage de personnes ne respectant pas strictement ces mesures était redescendu à une valeur inférieure au taux observé en septembre. Par exemple, en décembre, 28% des personnes ont indiqué qu’elles ne respectaient pas la mesure de se maintenir à une distance d’au moins 1,5 m avec les autres, contre 41% en septembre.

Aujourd’hui, le pourcentage de personnes qui ne respectent pas les mesures a de nouveau augmenté par rapport à décembre 2020. Pour la mesure du maintien de la distance physique, ce chiffre est maintenant de 41% (le même qu’en septembre 2020). Mais pour le respect de la "bulle", il est désormais quasiment de 50% (contre moins de 40% en décembre).

Pour les mesures d’hygiène, il est désormais de 25% contre 20% en décembre et 23% en septembre 2020. Ces chiffres se situent donc à nouveau à un niveau similaire à celui de septembre 2020, juste avant la deuxième vague.

Le respect des mesures varie en fonction de l’âge et du sexe : les jeunes adultes et les hommes sont nettement plus nombreux à indiquer qu’ils ne suivent pas strictement les différentes mesures. Par exemple, les hommes sont plus nombreux que les femmes à indiquer qu’ils ne respectent pas strictement les mesures d’hygiène (31% et 20% respectivement).

De même, 68% des 18-29 ans disent ne pas respecter strictement la règle du maintien de la distance physique, contre 23% des 65 ans et plus.

4 images
© Tous droits réservés

Parmi les personnes qui ont rapporté en mars 2021 ne pas respecter strictement les mesures, 67% ont invoqué comme raison qu’elles étaient prudentes et que cela ne devrait donc pas poser de problème.

Ensuite, 49% indiquent considérer les mesures comme trop strictes et 39% ont une autre raison. Ce sont également les raisons le plus souvent invoquées dans les enquêtes de septembre et de décembre 2020.

Sous " autres raisons ", les répondants indiquent souvent que les règles sociales sont difficiles à suivre étant donné la taille de la famille et le besoin de contacts sociaux.

En outre, les répondants ont aussi indiqué être fatigués des mesures contre la COVID-19 et ne plus être motivés de les suivre.

4 images
© Tous droits réservés

Il existe également des différences par région. Le pourcentage de personnes qui ne respectent pas strictement les mesures est plus élevé en Région wallonne qu’en Région flamande, et ceci pour toutes les mesures sauf le port du masque dans les lieux où l’on ne peut pas garder une distance de 1,5 mètre et l’interdiction des voyages non essentiels.

Le pourcentage de personnes qui ne respectent pas strictement les mesures est également plus élevé en Région bruxelloise qu’en Région flamande pour certaines mesures, notamment en ce qui concerne le maintien de la distance physique, le port du masque dans les lieux où c’est obligatoire, la restriction des rassemblements et le couvre-feu.

Pour d’autres mesures, le pourcentage de personnes qui ne respectent pas strictement les mesures est plus élevé en Région wallonne qu’en Région bruxelloise, notamment pour les mesures d’hygiène, le fait de rester à la maison en cas de maladie, l’attention portée aux groupes à risque et la consultation d’un médecin en cas de symptômes.

4 images
© Tous droits réservés

*Lorsque l’enquête a eu lieu, les rassemblements étaient autorisés pour un maximum de 10 personnes à l’extérieur. En outre, les contacts étroits étaient limités à une seule personne et les déplacements non essentiels étaient interdits. Un couvre-feu était en vigueur dans toute la Belgique, mais il différait selon les régions : en Flandre et en Wallonie, il était en vigueur entre minuit et 5 heures du matin et à Bruxelles entre 22 heures et 6 heures. Par ailleurs, il est toujours fortement recommandé de respecter les mesures d’hygiène et de garder une distance d’au moins 1,5 m avec les autres. 

Comité de concertation du 14/04/2021 : Elio di Rupo à propos de l'adhésion de la population aux mesures du gouvernement

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK