Coronavirus en Belgique : une baisse encourageante ce 17 mai, mais "le testing devrait être élargi"

Comme chaque jour depuis le début de la pandémie de covid-19, le centre interfédéral de crise publie ce dimanche 17 mai le bilan des nouveaux cas et décès relevés ces dernières 24 heures.

Voici les chiffres de ce dimanche :

  • 291 nouveaux cas ont été rapportés (169 patients en Flandre, 84 en Wallonie et 36 à Bruxelles).
     
  • 60 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées, ce qui porte le total à 1622 patients. 170 personnes sont sorties de l’hôpital, pour un total de 14.630 depuis le 15 mars.
     
  • 7 nouveaux patients ont été admis en soins intensifs, soit 371 au total.
     
  • 47 décès ont été rapportés au cours des dernières 24 heures (22 à l’hôpital, 24 dans une maison de repos et de soins), pour un total de 9052 décès.
     
  • 19.225 tests ont été réalisés au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le total à 682.980 tests.

►►► Retrouvez notre dossier sur le coronavirus


Pour le docteur Yves Coppieters, ces chiffres peuvent être interprétés de différentes façons : "Cela peut confirmer que le virus circule moins dans la population, donc qu’il y a moins de nouvelles transmissions, et que l’on serait bien à la fin de cette vague épidémique, voire de l’épidémie, ce qui se confirme dans tous les pays européens, notait-il sur le plateau du 13h de la Une. Mais ça peut aussi être que la notification des nouveaux cas est insuffisante en Belgique : les gens ne vont pas assez vite se faire dépister au moindre symptôme."

Sans compter que les délais de résultats des tests sont longs : "des gens testés le jeudi doivent attendre le lundi ou le mardi suivant : c’est beaucoup trop long pour des personnes peu symptomatiques qui potentiellement peuvent être négatives de prendre une décision de confinement avant le résultat des tests", affirme Yves Coppieters. Le docteur préconise un délai de 24 à 48 heures. "Il y a une diminution de l’épidémie, c’est sûr, mais si notre stratégie de testing n’est pas plus élargie, nous n’arriverons pas à confirmer la chute de l’épidémie", conclut-il.


►►► À lire aussi : Phase 2 du déconfinement progressif : voici tout ce qui change ce lundi 18 mai


Doit-on toujours craindre un rebond de l’épidémie ? Chez nos voisins, la situation ne s’est pas présentée, rappelle Yves Coppieters : "On n’a pas observé un rebond de l’ensemble de la population, mais des clusters de nouveaux cas, mais ça, on va l’observer chez nous aussi." Cela concernera simplement des milieux particuliers : une famille, une entreprise, etc. Il faudra donc faire du confinement ciblé, préconise l’épidémiologiste. Mais dans tous les cas, il se veut confiant : "sur l’évolution de l’épidémie, c’est tout à fait rassurant, si les outils du déconfinement sont là et la capacité de testing aussi, ça devrait fonctionner."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK