Coronavirus dans les maisons de repos : "On voit avec inquiétude que les hospitalisations augmentent très rapidement"

En Wallonie, on comptait lundi 53 foyers de coronavirus sur 602 institutions destinées aux personnes âgées. Côté flamand, 1347 résidents sont suspectés d’être infectés par le virus dans les maisons de repos. Et les chiffres sont en hausses puisqu’entre lundi et mardi, la propension de décès dans les maisons de repos avait déjà doublé passant de 26 à 52 décès sur un total de 224.

Pourtant, les maisons de repos rassurent sur l’ampleur de ce "retour" du virus dans leurs établissements, il serait "nettement moindre" que lors de la première vague en mars 2020.
"Le virus est de retour dans les maisons de repos, mais je dirais avec une ampleur nettement moindre que ce qu’on a pu connaître aux mois de mars et avril", confirme Yves Smeets, directeur général de la fondation Santhéa, qui regroupe plusieurs maisons de repos wallonnes. Selon lui, l’expérience de la première vague a permis de mettre en place de nouvelles mesures qui permettent "d’être mieux armé et serein" par rapport à la deuxième vague qui se profile. "Mais je parle évidemment avec beaucoup de prudence parce que les chiffres évoluent jour en jour", précise-t-il.


►►► À lire aussi : #Investigation : pourquoi les résidents de maison de repos n’ont-ils pas été hospitalisés pendant la première vague du coronavirus ?


Pourtant, l’arsenal mis à disposition des maisons de repos reste nettement insuffisant selon Yves Smeets. "Et en ce qui concerne la formation, il y a évidemment eu l’expérience de la première vague. Elle reste à parfaire, mais des conventions sont en cours de rédaction au niveau wallon pour gérer cette formation et pour que les collaborations entre les hôpitaux et les maisons de repos et de soins soient plus intenses que ce qu’elles ont été jusqu’à présent", affirme-t-il. Il concède que de meilleurs protocoles sont en bonne voie mais pas encore sur les rails.

Mais les maisons de repos doivent aussi gérer leur travail avec le taux d’absentéisme que l’on connaît actuellement dans de nombreuses entreprises belges, et généré par l’augmentation du nombre de cas de coronavirus et la propagation de la maladie. Le directe de Santhéa évoque "une difficulté supplémentaire à gérer".

Des visites "cruciales"

Parmi les mesures mises en place pour restreindre la propagation du Covid-19, la bulle de quatre ainsi que le port du masque généralisé. Des mesures aussi appliquées dans les maisons de repos. Si les visites ne sont pas interdites comme elles ont pu l’être lors du confinement de mars, elles garantissent à nos aînés de ne pas être isolés. "C’est vraiment crucial, assure Yves Smeets. Il faut que les résidents puissent continuer à voir leurs proches et puissent continuer à avoir des contacts, y compris des contacts rapprochés et pas simplement au travers de vitres ou autres. C’est vraiment essentiel pour leur bien-être et pour leur confort."


►►► À lire aussi : Les décès en maison de repos ont doublé en une semaine, nos aînés vont-ils être reconfinés ? "C’est notre plus grande crainte"


Mais cette ambiance bien différente d’il y a quelques mois n’empêche pas l’inquiétude qui règne dans les établissements d’aide aux personnes âgées. "On reste effectivement encore choqué par ce qui s’est passé et on reste encore inquiets par rapport à l’avenir parce qu’on ne sait pas comment la propagation du virus va évoluer", se plaint le directeur de plusieurs maisons de repos. Avec les chiffres d’hospitalisations qui grimpent, il est nécessaire pour les maisons de repos de "rester sur leurs gardes", prévient-il avant de conclure : "Je n’ai pas de boule de cristal et je croise les doigts."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK