Coronavirus : comment (bien) vivre son confinement? Les astronautes ont la réponse

Etre confiné dans un lieu clos : certains connaissent ces conditions de vie particulières que nous traversons actuellement, même s’il s’agit d’un tout autre contexte. En effet, les astronautes sont souvent confrontés à l’isolement, parfois pendant des mois, et ils sont d’ailleurs formés pour cela. Voici les conseils de certains d'entre eux.

196 jours, c’est le temps que Thomas Pesquet a passé à bord de la Station spatiale internationale. Avec lui, seuls deux autres astronautes. Alors, forcément, il connaît quelques astuces : "Pour le ravitaillement, pas de panique, on ne risque pas la pénurie alimentaire. De toute façon, la nourriture en boîte, j’ai l’habitude et au moins maintenant elle reste dans l’assiette".


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Dirk Frimout a aussi vécu cette situation. Pour le premier Belge à être allé dans l’espace, le secret est de bien se connaître "de telle façon qu’on accepte les réactions d’une personne. Et s’il y a un petit conflit, cinq minutes après c’est oublié. Chacun a sa vie et son travail et il faut avoir des périodes pour soi-même, mais qu’on ait aussi de temps en temps accès à l’autre" explique-t-il.

Mais si un parallèle est possible entre confinement et mission spatiale, il reste une différence importante : les astronautes sont formés. Sarah Baatout, professeure en médecine spatiale, est chargée de certaines de ces formations. Elle les décrit : "Ces formations durent des années. Ce sont des formations individuelles, mais ce sont aussi des formations collectives, en groupes, pour que l’équipage puisse se soutenir, puisse détecter chez les uns et chez les autres les premiers signes avant-coureurs d’une démotivation ou d’une diminution de l’apprentissage et pouvoir remotiver ou faire que la personne se sente bien".

C'est la preuve que, dans l’espace ou sur terre, la solidarité peut aider à supporter le confinement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK