Coronavirus : Colruyt, Delhaize, Carrefour… pourquoi il ne faut pas craindre une pénurie dans les supermarchés

Des rayons presque vides, de longues files aux caisses, quelques tensions ici et là… Jeudi soir, quelques heures avant les annonces du gouvernement pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, les grandes surfaces ont fait face à un afflux de clients. Même les sites internet des leaders de la grande distribution étaient fortement sollicités, au point d’être temporairement indisponibles.

Certains craignaient une pénurie, voire une fermeture généralisée… Finalement, les magasins comme les supermarchés, les pharmacies ou les magasins d’alimentation seront ouverts la semaine et le week-end. Des mesures valables jusqu’au 3 avril prochain.


►►► À lire aussi : HoReCa, commerces… toutes les questions que vous vous posez sur les mesures prises jeudi soir contre l’épidémie de coronavirus

►►► À lire aussi : Liège, Charleroi… les galeries commerciales vont-elles rester ouvertes ? Oui, mais avec des restrictions


 

Cela n’a pas empêché une vague de panique encore ce vendredi matin. Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montraient des files devant certaines grandes surfaces. Du côté des leaders du secteur, on multiplie les appels au calme.

Delhaize augmente sa capacité de livraison

Les magasins sont approvisionnés une à deux fois par jour. "Tout dépend des commandes passées par les magasins en fonction de leurs stocks", précise le porte-parole du groupe contacté par la RTBF. En moyenne, plus de 600 camions de 10 tonnes livrent les 800 magasins du groupe en Belgique et au Luxembourg. Cela concerne les supermarchés Delhaize, les AD, les Proxy et les Shop & Go.

Malgré tout, face à la demande importante des dernières heures, Delhaize a augmenté sa capacité de livraison et fonctionne comme lors des fêtes de fin d’année "Jeudi, nous avons doublé notre volume de vente. Pour faire face à cette hausse, nous avons mobilisé 800 camions au lieu des 600 habituels".

Le groupe tient aussi à rassurer ses clients : "Il n’y a aucun risque de pénurie pour l’instant. Nos fournisseurs, nos dépôts et nos systèmes logistiques fonctionnent normalement. L’approvisionnement est bon, il y a encore des pâtes et des conserves. Cela ne sert à rien de se ruer chez nous pour faire des réserves".

Le groupe précise que si certaines étagères sont vides, c’est lié au rythme des achats. "Nos collaborateurs n’ont pas le temps de replacer des stocks en rayon. Le rythme est soutenu et notre personnel est débordé. Si vous ne voyez rien au rayon pâtes ou riz, pas de panique. Il faut simplement laisser le temps à nos équipes de transférer la nourriture des réserves dans les rayons", conclut le porte-parole qui rappelle que les magasins d’alimentation peuvent rester ouverts la semaine et le week-end.

Carrefour Market : tout fonctionne normalement

Ici, l’approvisionnement varie en fonction des produits. Les aliments secs comme les pâtes, le riz et les noix sont livrés entre 2 et 4 fois par semaine en fonction des besoins. Les produits frais eux sont livrés quotidiennement.

Le groupe assure que pour l’instant, tout fonctionne normalement "Nos fournisseurs nous livrent et nous livrons les magasins. Rien à signaler pour l’instant, nous ne redoutons pas de pénurie", nous confie le directeur opérationnel du groupe. Le groupe Mestdagh a tout de même constaté une hausse des ventes de 50%. Pour certains produits, les ventes ont même doublé.

"Nous allons dépasser le rythme des fêtes de fin d’année. Les produits les plus demandés sont les pâtes, le chocolat, les lentilles. Il y a aussi un rush sur les produits d’entretien comme l’eau de javel et bien entendu, le papier toilette."

Comme pour les autres magasins d’alimentation, le groupe tient à rassurer les clients qui arrivent devant des rayons vides : "Nous avons les stocks, c’est juste que nos employés n’ont pas le temps de réassortir les rayons. Du coup, nous avons rappelé des intérimaires et le personnel à temps partiel qui veut faire quelques heures en plus." Le groupe espère ainsi garder ses rayons remplis pour rassurer les clients et prouver qu’aucune pénurie n’est attendue dans les prochains jours.

Colruyt : des pâtes pour tous, tous les jours (et du papier toilette aussi)

Même son de cloche que dans les autres groupes. Les fournisseurs travaillent normalement "Nous recevons nos produits comme la semaine dernière. Rien n’a changé. Il n’y a aucune raison de craindre une pénurie. Pas besoin de faire des stocks", nous affirme la porte-parole de Colruyt.

Comme les autres chaînes de supermarchés, Colruyt doit faire face à une hausse importante de la fréquentation " Nos collaborateurs n’avaient plus le temps de remplir les rayons. C’est pour ça que certains étaient vides. Ce n’est pas lié à des pénuries."

Le groupe compare lui aussi cette journée aux courses de fêtes de fin d’année "C’est assez incroyable. Pour faire face à cette hausse et éviter de laisser les rayons vides, nous avons envoyé des renforts."

Du personnel supplémentaire est mobilisé et la vente en ligne est momentanément suspendue afin de permettre au personnel de se concentrer sur le réassortiment des rayons. Par ailleurs, plusieurs camions de livraison en plus sont prévus.

Le groupe Colruyt se veut donc rassurant. "Il y a des pâtes aujourd’hui, il y en aura demain, lundi et la semaine prochaine. Nos fournisseurs continuent de nous livrer. Encore une fois, cela ne sert a rien de faire des stocks chez vous. Venez faire vos courses la semaine prochaine." Le message est donc clair et la situation est identique pour les magasins Spar, Okay et Bio-Planet.

Lidl : "Les livraisons suivent leur cours"

Ici aussi, le porte-parole du groupe se veut rassurant. "Nous avons des stocks en suffisance et les livraisons suivent leurs cours." Le groupe indique tout mettre en place pour acheminer la marchandise et réassortir les 305 magasins qui font face à une hausse de fréquentation. Lidl rappelle que ses magasins ouvrent normalement selon leurs horaires habituels.

Dans la grande distribution, certains avaient même flairé la bonne affaire, comme en témoigne cette capture d’écran de Google. "Préparez-vous à la quarantaine", faites vos réserves dès à présent" : voilà le type de page créée récemment par une célèbre enseigne.

La solidarité doit s’exercer à tous les niveaux.

Au Colruyt et au Lidl, les produits les plus prisés semblent être l’eau minérale, la farine et le papier toilette. Ces "achats de panique", comme on les appelle dans le jargon économique, n’ont pourtant pas lieu d’être selon Elio Di Rupo (PS). Le ministre-président du gouvernement wallon se veut rassurant : "Tout le système alimentaire fonctionne. Les grands magasins d’alimentation restent normalement ouverts et restent normalement alimentés. Donc il n’y a vraiment aucune raison de se précipiter, d’acheter des conserves et de vider le rayon des spaghettis."

Sophie Wilmès (MR), la Première ministre, est du même avis. "Ce n’est pas raisonnable de s’imaginer dans des situations aussi dramatiques que l’on prenne d’assaut et qu’on vide les rayons, a-t-elle affirmé jeudi soir. La solidarité doit s’exercer à tous les niveaux. Non seulement au niveau du monde politique, mais aussi au niveau du monde individuel. Si vous videz un rayon d’un stock de pâtes, ça n’est pas nécessaire et ça n’est pas totalement un esprit solidaire par rapport à votre voisin."

Sophie Wilmès sur La Première ce vendredi matin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK