Coronavirus ce mercredi 26 août : les chiffres toujours en baisse, une centaine de décès retirés après recomptage

Comme trois fois par semaine, le centre interfédéral de crise et l’institut Sciensano s’expriment à 11h sur l’état de la pandémie de covid-19 en Belgique. Ce mercredi 26 août, les chiffres étaient toujours à la baisse, au niveau des hospitalisations et des nouveaux cas.


►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


On compte ce mercredi 355 nouveaux cas par rapport au dernier bilan de Sciensano. Cela représente une baisse de 8% en moyenne (490,3 nouveaux cas en moyenne entre le 15 et le 21 août), soit une baisse légèrement plus faible que les précédentes semaines. Depuis le début de l’épidémie, le nombre total de cas s’élève à 82.447 en Belgique.

Au niveau régional, le nombre de cas augmente légèrement dans la région de Bruxelles-Capitale : Sciensano remarque 128 nouveaux cas par jour en moyenne, soit une augmentation de 7% par rapport à la semaine précédente (on observe cette augmentation dans 14 des 19 communes, principalement dans la zone Nord-Ouest, Bruxelles-Ville, Molenbeek et Schaerbeek).

A Anvers, la situation évolue favorablement : 105 nouveaux cas par jour en moyenne cette semaine, soit une diminution de 24% par rapport à la semaine précédente. En revanche, la province de Hainaut subit une forte augmentation, 35%, avec 47 nouveaux cas par jour en moyenne. La province se classe troisième au nombre de cas, derrière Bruxelles et Anvers.

Hospitalisations et décès toujours en baisse

Du côté des hospitalisations, là encore les tendances sont à la baisse. On compte 12 nouvelles hospitalisations par rapport au dernier bilan. En moyenne, entre le 15 et le 21 août, on compte 26 hospitalisations par jour, c’est une diminution de 23% par rapport à la période précédente. En tout, 18.907 personnes ont été admises à l’hôpital depuis le début de l’épidémie. La majorité des nouvelles admissions ont toujours lieu à Bruxelles et Anvers, même si on y constate donc une légère diminution.

Concernant les décès, on note 7 décès par jour en moyenne sur la semaine écoulée, une baisse de 36% par rapport aux semaines précédentes. A noter que ces décès peuvent peut-être être liés à la canicule, selon Sciensano.

Le nombre de décès réévalué à la baisse

Le nombre de décès a été réévalué, après une enquête auprès des maisons de repos et de soins en Flandre. Les chiffres avaient été enregistrés par l’Agence des soins et de la santé de la Région, mais manquaient de détails, notamment sur le sexe, l’âge ou les causes de décès. "Cette agence a demandé rétrospectivement des données plus détaillées à 830 centres sur les personnes décédées entre le 18 mars et le 2 juin", précise Frédérique Jacobs, la porte-parole francophone du centre interfédéral.

Grâce à ces informations plus détaillées sur le profil de 2663 résidents de maisons de repos flamandes, Sciensano a pu opérer une reclassification des décès. 352 nouveaux décès ont pu être ajoutés et 473 décès ont pu être retirés. Ils comprennent notamment des décès signalés deux fois, des erreurs et des causes pas liées au covid-19. Cela représente une diminution nette de 121 décès, le total s’élève donc à 9878 depuis le début de la crise.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : le COVID-19 parmi les principales causes de mortalité en 2020, mais pas la première


A noter que cette réévaluation concerne des données rapportées en Flandre. Peut-on s’attendre à la même chose pour Bruxelles et la Wallonie ? "Le mode de rapportage des chiffres est différent, répond Frédérique Jacobs. Il était fait de manière groupée, sans détails, ce qui n’est pas le cas pour Bruxelles et la Wallonie." En résumé, il n’est pas impossible qu’il y ait des rectifications pour les deux autres régions, mais ce sera moins fort qu’en Flandre.

Sciensano a pu dresser un profil des décès liés au covid-19 en Belgique. 53% des victimes sont des femmes, l’âge moyen est de 83 ans (87 dans les maisons de repos). 54% des décès concernent logiquement des personnes de plus de 85 ans.

La réévaluation du nombre de décès a notamment permis de déplacer le pic de mortalité : il a eu lieu le 8 avril et non le 12. 321 personnes sont décédées ce jour-là. Sciensano précise également que les décès sont désormais classés selon la date effective et non plus celle du signalement.

Les voyages toujours risqués, les couples séparés pourront se retrouver

Les avis de voyage vont une nouvelle fois être adaptés ce mercredi. "Les voyages restent un facteur de risque, il est très important de respecter les règles de testing et de mise en quarantaine", rappelle Frédérique Jacobs, qui précise que pendant le mois d’août, 22% des contaminations concernaient des voyageurs. Une situation comparable à l’Allemagne ou l’Italie, où un tiers des cas concerne une personne ayant voyagé dans les deux semaines précédentes.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Flandre : seule la moitié des personnes qui ont visité une zone rouge ont effectué un test


Les mesures strictes s’appliquent toujours pour les personnes voyageant en zone rouge. Seuls les voyages essentiels sont autorisés, avec testing et quarantaine obligatoire au retour. La question des couples à distance a été évoquée : le Conseil national de sécurité a décidé d’inclure les visites aux partenaires à la liste des voyages essentiels à partir du 1er septembre. "Cela ne concerne que les relations manifestement durables", a précisé Antoine Iseux, porte-parole francophone du centre de crise.

Antoine Iseux a tenu à rappeler que, bien que pendant les conférences de presse, "nous parlons souvent de chiffres et de courbes", de véritables personnes se cachent derrière : les personnes à risque, contaminées, hospitalisées ou décédées. "Beaucoup de familles, d’amis ont perdu quelqu’un ces derniers mois, nous leur souhaitons beaucoup de courage, a ajouté le porte-parole. Le virus fera encore des victimes, de moins en moins on l’espère. La santé de vos proches est une bonne raison de suivre les règles."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK