Coronavirus: un vaccin révolutionnaire bientôt testé aux USA, mais pas accessible à tout le monde ?

Coronavirus: un vaccin révolutionnaire bientôt testé aux USA, mais pas accessible à tout le monde ?
7 images
Coronavirus: un vaccin révolutionnaire bientôt testé aux USA, mais pas accessible à tout le monde ? - © Tous droits réservés

Alors que les plus optimistes prévoyaient, au mieux, un vaccin pour l'automne 2021, un laboratoire américain vient d'annoncer avoir mis au point un vaccin qui pourrait déjà être testé sur des humains dès le mois d'avril de cette année. Une avancée majeure qui, si elle s'avérait concluante, pourrait permettre de lancer une campagne de vaccination dès l'hiver prochain, un gain de temps substantiel dans la course contre le Coronavirus. Donald Trump lui-même lors de son intervention de ce mercredi 26 février se disait confiant sur la capacité des Etats-Unis à trouver un vaccin rapidement. Le président américain a d'ailleurs demandé au Congrès de débloquer un milliard de dollars afin de financer la recherche du vaccin. 

Une vingtaine de volontaires sains pour tester le vaccin

C'est la société américaine Moderna, active dans les biotechnologies et cotée au NASDAQ, qui l'a annoncé dans un communiqué la nuit dernière, ses chercheurs ont mis au point un vaccin à ARN messager prêt à être testé sur l’homme. Le premier lot de ce vaccin d'un genre nouveau, l'ARNm-1273, a été expédié à l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIH/NIAID) afin que celui-ci puisse effectuer les premiers essais cliniques vers la fin avril. Selon le protocole en vigueur, une vingtaine de volontaires sains devraient tester ce vaccin. Les premiers résultats devraient être connus pour le mois d’août 2020. S’ils s’avèrent concluants, cela permettrait d’avoir un vaccin opérationnel pour l’hiver 2020-2021. L’information est d’autant plus intéressante que jusqu’à présent les scénarios les plus optimistes faisaient état d’un vaccin pour la fin de l’été 2021.

Le communiqué de Moderna Inc.

Un vaccin très onéreux, pas pour le commun des mortels ?

Le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux, Alex Azar, a quant à lui refusé de promettre que le futur vaccin contre le coronavirus serait abordable pour tous les Américains, suscitant l'indignation des démocrates. "Nous voudrions nous assurer que nous travaillons pour le rendre abordable, mais nous ne pouvons pas contrôler ce prix parce que nous avons besoin du secteur privé pour investir", a déclaré Azar aux membres du Congrès.

Moderna, une entreprise de haute technologie... humaine

Pionnière dans les thérapies et les vaccins à ARN messager (ARNm), Moderna oeuvre dans le champs des médicaments de nouvelle génération. La technologie consiste à utiliser un ARNmessager afin de déclencher des processus naturels du corps et induire la production de protéines à l'intérieur même des cellules humaines. Une approche qui, si on la maîtrise, pourrait permettre de produire des protéines thérapeutiques afin de traiter un large éventail de maladies, allant du cancer à certaines maladies orphelines.

Avec l'aide de la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI, née en réaction à la gestion catastrophique de l'épidémie d'Ebola de 2014) et en collaboration avec l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIH/NIAID), Moderna a donc réussi à produire un lot clinique 42 jours seulement après le séquençage du génome complet du coronavirus. Reste à valider son efficacité lors des essais cliniques. 

La chloroquine, le traitement contre la malaria efficace contre le Coronavirus?

 

Dans l'attente d'un véritable vaccin et/ou d'un médicament efficace, de nombreuses informations circulent concernant des traitements alternatifs circulent. Si la trithérapie habituellement utilisée afin de traiter les patients atteints du SIDA semble porter ses fruits, notamment en Italie, la chloriquine, un traitement contre la malaria semble lui aussi donner des résultats encourageant. C'est du moins ce qu'affirme une étude réalisé en Chine au cours d'un test clinique réalisé dans une dizaine d’hôpitaux sur patients souffrant de pneumonie aiguë suite au Coronavirus. Traités à l'aide de chloroquinine, les résultats se seraient montrés encourageants. Plus près de chez nous, le professeur Marc Van Ranst, épidémiologiste de renom à la KUL et interrogé par nos confrères de La Libre, confirme l'efficacité de cette molécule dans le traitement du SRAS il y a de cela plusieurs années.

Cependant la chloroquine, comme la plupart des médicaments, possède des effets secondaires redoutables (problème de rétine avec perte de la vision, troubles cardiaques allant jusqu'à l'arrêt cardiaque, démangeaisons, etc.). Inutile donc de se ruer en pharmacie, le remède pouvant s'avèrer bien plus dangereux que la maladie sans réel encadrement médical. 

La chloroquine, le traitement contre la malaria efficace contre le Coronavirus?

 

Dans l'attente d'un véritable vaccin et/ou d'un médicament efficace, de nombreuses informations circulent concernant des traitements alternatifs circulent. Si la trithérapie habituellement utilisée afin de traiter les patients atteints du SIDA semble porter ses fruits, notamment en Italie, la chloriquine, un traitement contre la malaria semble lui aussi donner des résultats encourageant. C'est du moins ce qu'affirme une étude réalisé en Chine au cours d'un test clinique réalisé dans une dizaine d’hôpitaux sur patients souffrant de pneumonie aiguë suite au Coronavirus. Traités à l'aide de chloroquinine, les résultats se seraient montrés encourageants. Plus près de chez nous, le professeur Marc Van Ranst, épidémiologiste de renom à la KUL et interrogé par nos confrères de La Libre, confirme l'efficacité de cette molécule dans le traitement du SRAS il y a de cela plusieurs années.

Cependant la chloroquine, comme la plupart des médicaments, possède des effets secondaires redoutables (problème de rétine avec perte de la vision, troubles cardiaques allant jusqu'à l'arrêt cardiaque, démangeaisons, etc.). Inutile donc de se ruer en pharmacie, le remède pouvant s’avérer bien plus dangereux que la maladie sans réel encadrement médical.