Coronavirus : annulation de mariages en cascade, un secteur inquiet

Le début du mois d’avril, c’est aussi le début de la saison des mariages normalement. Mais avec le coronavirus et les règles de confinement ce sont plusieurs projets nuptiaux qui sont annulés. Et avec eux, le recours à de nombreux prestataires : des fleurs, à la salle, en passant par le DJ ou encore le traiteur. C’est un ensemble qu’il faut repenser pour pouvoir reporter le mariage à l’année suivante. Pas une mince affaire et beaucoup de questions.

Tout réorganiser

Sandro et Ornella, qui préparaient leur mariage depuis deux ans, ont finalement décidé de le reporter à l’année prochaine, en mars 2021. Ils attendaient entre 80 et 100 invités qui devaient arriver d’Italie. Dans ces conditions difficiles de maintenir les choses.


►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


Même son de cloche pour Charlotte et Dorian. Et c’est toute la machine qu’il faut repenser, explique le couple. Par exemple, ils souhaitaient partir en voyage de noces juste après leur mariage. Mais avec l’annulation des vols internationaux et l’incertitude, difficile de se réorganiser. "Est-ce qu’en automne, on pourra à nouveau voyager à l’étranger ?", s’interroge Dorian.

Reporter à l’année prochaine, pas si évident

Le fait est que pour tout réorganiser à une date ultérieure, encore faut-il que tous les prestataires se synchronisent et qu’il y ait une date de disponible. Un casse-tête. "On ne répercute pas seulement un report de salle, mais il faut que la commune, que les lieux de culte, le fleuriste, le traiteur… que tous ces prestataires synchronisent, leur agendas", explique Christophe Vandestreate, loueur de salle.

Soit, mais de nombreuses interrogations demeurent également chez les prestataires. C’est le cas, par exemple de Maite Normand, fleuriste de mariage : " est-ce que les mariés vont maintenir le nombre de montages commandés, est-ce que la cérémonie aura lieu à l’Eglise et à la commune ou pas… C’est le flou absolu."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK