Coronavirus à la prison de femmes de Berkendael : 30 gardiens placés en quarantaine

Une centaine de détenus sur les quelque 10.700 détenus du pays (moins de 1%) ont été testés positifs.
Une centaine de détenus sur les quelque 10.700 détenus du pays (moins de 1%) ont été testés positifs. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Après que six agents pénitentiaires de la prison de femmes de Berkendael à Forest ont été testés positifs au Covid-19, 30 gardiens ont été placés en quarantaine et une détenue a été mise en isolement préventif dans l'attente d'un test, a indiqué jeudi après-midi la porte-parole de l'administration pénitentiaire Kathleen Van De Vijver. Elle précise qu'une demande de renfort a été faite à la Protection civile.

La détenue isolée a eu un contact rapproché avec un des agents positifs au Covid-19. "A cause du manque de personnel, les 81 femmes et deux enfants doivent rester tout le temps en cellule", déplore Kathleen Van De Vijver. "Il n'y a pas de visites, aucune forme d'activité... Il n'y a pas d'ailes en quarantaine et la prison n'est pas en lockdown, mais il n'y a rien qui bouge parce qu'on est en manque de personnel."

Les détenus doivent rester 24 heures sur 24 en cellule

La porte-parole de l'administration pénitentiaire ajoute par ailleurs qu'environ la moitié des agents de Saint-Gilles sont absents pour maladie ou à cause d'une mise en quarantaine. "Depuis la semaine dernière, les détenus doivent rester 24 heures sur 24 en cellule. Ils n'ont pas de préau. C'est pire que pendant le confinement, car pendant le confinement, on pouvait encore assurer le préau et le travail". Elle remarque que 20 prévenus qui sont entrés à la prison de Saint-Gilles sur ces six dernières semaines sont positifs et que la tendance est à l'augmentation.

En comparaison, une centaine de détenus sur les quelque 10.700 détenus du pays (moins de 1%) ont été testés positifs depuis le début de l'épidémie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK