Coronavirus : 14 jours de quarantaine pour 9 personnes rapatriées, quel est le plan ?

Les neuf personnes qui ont atterri ce dimanche à Melsbroek sont placées en quarantaine individuelle depuis hier. Neuf personnes, sept ressortissants belges et deux membres de leur famille, sont arrivées dimanche soir à Melsbroeck, rapatriés de la zone de Wuhan, épicentre de l’épidémie de coronavirus.


►►► A lire aussi : Coronavirus : pourquoi il ne faut pas paniquer


C’est la première phase d’un plan de confinement qui durera 14 jours. Pendant cette phase, les individus sont isolés et des tests médicaux sont réalisés. Les premiers résultats devraient tomber ce mardi.

En cas de test positif, la personne doit être directement isolée des autres avant d’être transférée dans un des hôpitaux de référence comme l’hôpital Saint Pierre de Bruxelles ou l’hôpital universitaire d’Anvers.

Les autres personnes restent en quarantaine à l’hôpital de Neder-Over-Hembeek.

Le suivi psychologique est le plus important

Pour les personnes rapatriées ce dimanche, après 30h de vol, il s’agit d’abord d’atterrir, à tous niveaux. "L’aspect le plus important était de leur donner une place individuelle en quarantaine, on doit se concentrer sur l’empathie du patient. On doit bien l’accueillir s’assurer qu’il a chaud. Il faut également prendre le temps de faire le suivi psychologique. Ils ont eu un long vol, ils étaient tous fatigués, c’était déjà très tard. Il fallait suffisamment les soutenir, c’était pour nous le plus important. Au niveau médico-légal, nous avons pu constater certains actes mais nous ne sommes pas occupés vraiment des aspects techniques. À ce moment-là, le suivi psy est le plus important", explique Patrick Soentjens, Médecin en chef.

C’est désormais la phase 1 qui a commencé. A savoir la mise en quarantaine individuelle de toutes les personnes. C’est au cours de cette phase que sont réalisés les premiers tests, les "contrôles nez-gorge". Ils ont internet, la télévision, des livres, mais ils ne peuvent avoir aucun contact avec l’extérieur. Le soutien des médecins est alors primordial.

Si nous avons l’accord de l’inspection médicale, les personnes rapatriées pourront être en phase 2. A savoir aller dans le couloir, se parler. Mais ils devront garder une distance de 2 m l’un de l’autre, nous informe-t-on du côté de l’hôpital militaire.