Coronavirus: 10.000 tests bien disponibles, mais pas réalisés. Pourquoi ?

10.000 tests COVID-19 bien disponibles, mais pas réalisés. Pourquoi ?
2 images
10.000 tests COVID-19 bien disponibles, mais pas réalisés. Pourquoi ? - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Depuis trois semaines, le ministre Philippe De Backer annonce que la Belgique va atteindre le nombre de 10.000 tests par jour, pour le COVID-19. Et pourtant, ce 16 avril encore, Sciensano n’enregistrait que 6227 tests, un nombre bien inférieur à celui annoncé.

Quelle explication à cela ? Dans Le Soir, la Première ministre Sophie Wilmès explique ce décalage par un manque de personnel pour réaliser ces tests. Selon nos sources, il y a une autre explication : les 10.000 tests sont bien disponibles, mais tout simplement pas entièrement réalisés, car les critères pour le faire sont trop restrictifs.


►►► À lire aussi :  Covid-19 : faux négatifs, les tests PCR sont-ils fiables ?


En effet, selon les directives de Sciensano, qui doit être testé ? A ce jour, pour ce qui concerne les patients : uniquement ceux qui sont hospitalisés. Voici les critères :

En fluo sur le site, et barré, le critère de fièvre vient d’être supprimé pour le personnel médical. Ces critères ainsi mentionnés sont caducs et trop restrictifs. Ils ne correspondent pas aux nécessités du terrain. Ils vont être modifiés lundi prochain par le Risk Assessment et le Risk Management Group.

Des laborantins qui piaffent

En résumé, la capacité journalière de testing est bien de 10.000 tests COVID-19 en Belgique. Mais la réalité ne correspond pas à la théorie.

Résultat : des laborantins qui piaffent d’impatience derrière leurs machines, et un risque d’accumulation et de retard.

Car ce chiffre de 10.000 n’est pas une moyenne : on ne peut pas faire 5000 tests un jour et 15.000 le lendemain.

Régions et fédéral : le cafouillage sur les listes

Autre facteur d’explication : le flottement dans la définition des listes de personnes à tester. Les trois Régions et le fédéral n’étaient pas d’accord entre eux sur les catégories de personnes que l’on teste dans les maisons de repos : toute la maison de repos, les personnes symptomatiques uniquement, ou le personnel soignant en priorité ?


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : les tests sérologiques du COVID-19, c'est pour quand ?


Au bout du compte, les Régions pouvaient faire comme elles le souhaitaient, avec tout de même un groupe cible commun : l’ensemble du personnel soignant et tous les habitants des maisons de repos qui n’ont pas encore été testés au COVID-19.

"Une fois que les résultats sont connus pour une maison de repos, les autorités régionales pourront prendre des mesures ciblées pour protéger les habitants et le personnel", telle était la formulation du communiqué du ministre De Backer sur cet accord mi-figue mi-raisin.

20.000 tests dans les maisons de repos, mais…

Entre-temps, 19.500 tests ont été répartis dans les maisons de repos en Belgique, via les Régions. Reste à trouver le personnel médical pour effectuer les prélèvements, et ce n’est pas évident.

Médecins Sans Frontières a accordé son soutien pour envoyer des équipes fournir un appui technique en maisons de repos en Wallonie et à Bruxelles.

La Région bruxelloise a également décidé de constituer des équipes mobiles d’infirmiers et d’aides-soignants pour faire les prélèvements dans les maisons de repos et de soins. Il faut suivre, maintenant que les tests sont là.

Critères dépassés

Malgré des critères trop restrictifs, la réalité de terrain s’est adaptée et les tests dépassent déjà de loin les limitations de Sciensano. Ainsi, le 15 avril dernier, sur 5700 tests effectués sur du personnel en maison de repos, 5150 ont été effectués sur des personnes asymptomatiques. De même, parmi les résidents, sur 5200 testés, 4500 étaient également sans symptômes.

Reste à adapter tout ça formellement, et à élargir également la liste des patients pouvant être testés hors maisons de repos. 10.000 tests par jour : la capacité est bien là, il faut élargir les critères et faire tourner les rouages plus vite et mieux. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK