Contrôle à l'asbl Globe Aroma: "Ceux qui dirigent des armes vers des musiciens franchissent une frontière"

Contrôle à l'asbl Globe Aroma: "Ceux qui dirigents des armes vers des musiciens franchissent une frontière"
Contrôle à l'asbl Globe Aroma: "Ceux qui dirigents des armes vers des musiciens franchissent une frontière" - © Tous droits réservés

Alors que le renvoi des réfugiés soudanais vers leur pays continue à faire polémique, une autre affaire  commence à faire du bruit: il s’agit de l'opération de police fédérale et bruxelloise qui a eu lieu vendredi au siège de l’ASBL Globe Aroma. La police a débarqué et a arrêté des sans-papiers.

Ce centre artistique et d’accueil pour réfugiés à Bruxelles, organise plusieurs activités dans différentes disciplines artistiques. Vendredi, les activités battaient comme d’habitude leur plein, quand il y a eu une descente de police très impressionnante: "Ils étaient plus au moins 25 et ils disaient que c’était un contrôle de l’ASBL, témoigne la directrice l’ASBL, Els Rochette. Le gros problème c’est qu’ils ont tout de suite commencé à contrôler les personnes qui étaient présentes dans notre atelier. Ils ont arrêté les répétitions de musique d’un musicien iranien, les autres personnes qui étaient là devaient tout de suite mettre leurs mains sur leur tête et ils étaient traités comme des criminels".

Cette action suscite et a suscité la colère du monde culturel flamand et ce matin même, une dizaine d’entre eux signent une carte blanche dans le Standaard, avec notamment cette phrase : "Ceux qui dirigent des armes vers des personnes qui jouent de la musique ou répètent une pièce franchissent une frontière."

Les signataires demandent donc aux politiques concernés un signal clair : "Doit-ont cesser de proposer des activités culturelles aux migrants ou alors vous cessez de les effrayer ? Votre réponse nous apprendra pour quelle sorte de sociétés nous voterons bientôt".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK