Consommation et production bio: un appétit grandissant

Des potagers bio en ville à Rixensart
Des potagers bio en ville à Rixensart - © T.Vangulick

Les chiffres sont spectaculaires. Les dépenses pour les produits bio ont augmenté de 18% entre 2014 et 2015 en Belgique et la Wallonie suit le même mouvement. Une croissance impressionnante mais qui ne doit rien au hasard. Le bio s’est installé durablement dans votre mode de vie. Le bio n’est plus une affaire de mode mais bien une réalité qui pèse de plus en plus lourd dans notre économie. Depuis 2008, la consommation de produits bio est passée de 1,3% à 2,8 % au niveau belge. Et même à 3,5 % en Wallonie.

Preuve de l'ampleur du phénomène, l’an dernier 9 Belges sur 10 ont acheté au moins un produit bio au cours de la semaine. Ce qui explique cette évolution : la confiance du consommateur dans des produits réputés sûrs. Sylvie Annet de l’asbl BioWallonie est co-auteur d’un rapport sur le bio en 2015. "Les gens réfléchissent de plus en plus à ce qu’ils mangent. Ils font clairement le lien entre la santé et l’alimentation et le bio offre une opportunité de certifier que son alimentation est saine. Pour obtenir le label bio, il y a des règles et des contrôles très stricts qui sont valables pour tout le monde, aussi bien la grande distribution que le maraîcher qui vend directement ses produits sur les marchés. Et ça c’est un gage de qualité pour le grand public".

Au hit-parade des produits les plus prisés, figurent des produits frais: les fruits et légumes. La vente de fruits a littéralement explosé avec 53 % d’augmentation tandis que celle des légumes a augmenté de 20 %. Ensuite viennent les produits laitiers et les œufs. La viande vient ensuite. Mais si sa consommation a doublé l’an dernier, la viande de porc connaît un recul de 11%. Les éleveurs de la filière porcine traversent une grave crise et le porc bio suit la même tendance.

De plus en plus de fermes bio

Les producteurs sont, eux aussi, de plus en plus nombreux à se convertir au bio. Premier constat, le bio se développe beaucoup plus en Wallonie qu’en Flandre, où l’on dénombre 347 fermes bios, tandis qu’en Wallonie, on en relève 1347.

En 2015, le nombre des fermes bio à crû de 4,7 %. Soit des conversions du traditionnel vers le bio, soit des créations pures. Exemple, la ferme de Froidmont à Rixensart. Cette ferme-restaurant a pour vocation d’aider des demandeurs d’emploi faiblement qualifiés à se réinsérer sur le marché de l’emploi. Son directeur Thierry Destexhe est un adepte convaincu du bio. Lorsqu’il a monté son asbl d’insertion en 2013, il a tout de suite créé 5 potagers en plein cœur de la zone résidentielle de Rixensart. Depuis, il produit des légumes et des fruits 100 % bio. Même si pour obtenir le label officiel, il doit patienter deux ans avant que les terrains soient certifiés exempt de tout produit phyto-chimique. Un investissement naturel pour lui.

"Dès le début de l’aventure, il est était évident que nous allions travailler en bio. Cela s’inscrit dans notre démarche de maraîchage urbain. Nous travaillons sur des terrains 'dormants', terrains à bâtir, friche industrielle ou fond de jardin, en partenariat avec des acteurs locaux. Nos potagers se marient avec les jardins avoisinants et nous associons les voisins à nos travaux de jardinage en échange de de paniers de fruits et légumes. "

Une démarche de consommation durable

Associer la consommation bio à une démarche de consommation durable, c’est aussi le credo de beaucoup d’acteur de la filière bio qui se conjugue souvent avec circuits courts et productions locales.

Une démarche et un marché en expansion que la Région wallonne encourage d’ailleurs à travers un programme de développement rural doté de 100 millions d’euros. Objectif : augmenter de 6 000 ha, d’ici 2020, les 68000 ha de surfaces agricoles déjà consacrée au bio d’ici 2020. Un défi en passe d'être gagné.

La semaine du bio se déroulera du 4 au 12 juin prochain en Wallonie.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK