Conseil national de sécurité : notre bulle sociale est réduite à 5 personnes, toujours les mêmes, jusqu’à fin août

Un conseil national de sécurité a lieu ce lundi au palais Egmont. Il a été avancé de quatre jours, initialement prévu ce jeudi, au regard du rebond de l’épidémie du coronavirus en Belgique. En effet, depuis la mi-juillet tous les indicateurs du coronavirus montrent un rebond de l’épidémie dans tout le pays, même si certaines zones, comme à Anvers, l’augmentation est bien plus importantePour la période s’étalant sur deux semaines, et jusqu’au 23 juillet inclus, cette incidence cumulée s’élève à 26,9. Pour la province d’Anvers, cette incidence cumulée sur 14 jours atteint 67,9.

Une situation telle que les autorités ont dû prendre des mesures quant à la bulle sociale autorisée. Depuis le lancement de la phase 4 du déconfinement, nous sommes autorisés à voir 15 personnes par semaine. Ce groupe social constitue notre bulle de contact.

Mais ce lundi, le Conseil national de sécurité a décidé de réduire notre bulle sociale à 5 personnes en plus de sa propre famille. "A partir du 29 juillet et pour les quatre prochaines semaines la bulle sociale sera réduite. Elle était limitée à 15 personnes mais à partir de mercredi, elle sera réduite à 5 personnes pour les quatre prochaines semaines" a déclaré la Première ministre. Mais attention, dit Sophie Wilmès, cette bulle devra être la même jusqu’à la fin du mois d’août, en plus de votre famille. Et d’ajouter, "les enfants de moins de 12 ans ne font pas partie de ces personnes".

Par ailleurs, à la sortie du Conseil national de sécurité, la Première ministre a souhaité mettre en garde. Si, certes dans notre bulle de cinq personnes "vous aurez des contacts plus rapprochés et les distances ne pourront pas toujours être respectées, avec les gens hors cette bulle, restez prudent. Quand vous êtes en contact en dehors de cette bulle vous devez respecter la distance et recommandé de porter un masque".

 

Evénements privés limités à 10 personnes

Là encore nos contacts sociaux se trouvent fortement limités. En effet, Sophie Wilmès a annoncé que les événements privés tels que "les sorties, rencontres, réunions familiales" seront limitées à 10 personnes maximum. "Cette limite vaut également pour des réceptions".

Ainsi, tous les rassemblements privés sont limités à 10 personnes maximum. Une exception est faite pour les camps scout ou les activités encadrées par un moniteur. 

Autrement dit, si vous avez prévu de vous marier cet été, vous devrez limiter votre liste d'invités. "C'est une décision très difficile pour tout le monde. Car nous savons que quand on limite les contacts on touche à une liberté essentielle, la liberté individuelle. Mais que ceci soit un signal très clair de la part des virologues. L'une des raisons est que nous avons constaté que (...) les clusters (NDLR: foyers) sont issus de moments festifs comme les mariages. C'est pour cela que nous devons être strict aujourd'hui".

Une nécessité plus qu’une volonté ?

Sophie Wilmès déclarait au journal Le Soir, ce samedi, que rien n’obligeait scientifiquement à réduire la bulle de contact, à condition que les gestes barrières et le nombre de personnes que l’on côtoie par semaine soient respectés. Elle expliquait, en effet que "ce n’est pas la bulle sociale qui est à l’origine de la problématique dans laquelle on est" mais les comportements individuels qui mettent à mal les efforts de ces derniers mois. Or, la hausse préoccupante du coronavirus dans le pays, contraint les autorités à revoir leur position.

Face au rebond de l’épidémie, notre bulle sociale passe donc à cinq personnes, toujours les mêmes, et ce jusqu’à la fin du mois d’août, soit pour quatre semaines.

Les comportements individuels pointés du doigt

Au cours du dernier CNS de ce vendredi, cette bulle a bien failli passer à 10 personnes. La Première ministre, Sophie Wilmès, avait préféré lancer un avertissement. A cette occasion, elle avait appelé chaque citoyen à prendre note des personnes qui entrent dans sa bulle de contact, à garder les comptes, à respecter le nombre de personnes autorisées et à respecter les gestes barrières.

Si les autorités n’ont pas souhaité réduire cette bulle sur l’ensemble du pays au cours du dernier CNS de jeudi dernier, Anvers, au regard de sa situation épidémiologique préoccupante, l’a déjà réduite à 10 personnes. Et ce lundi, la donne a changé.

Et Sophie Wilmès avertit, si les mesures ne rentrent en vigueur que ce mercredi, cela ne signifie pas que "nous devons faire n'importe quoi comme avant le lockdown". Traduction, il vaut mieux éviter les énormes fêtes juste avant ce mercredi. 

Toutefois, "les contacts sociaux restent importants surtout en cette période et la réduire ne signifie pas y renoncer" affirme la Première ministre. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK