Conseil national de sécurité : les horaires d'ouverture de l'Horeca ne changent pas, c'est la bulle sociale qui diminue

Ce lundi a lieu un nouveau Conseil national de sécurité qui, comme l’a annoncé la Première ministre ce week-end, devrait prendre des mesures supplémentaires à l’échelle nationale. Un conseil national décidé en urgence. Ce dernier a été avancé de quatre jours, au regard de l’évolution préoccupante de l’épidémie en Belgique. En effet, nous sommes face à un rebond du virus, et si certaines zones, comme Anvers, sont particulièrement touchées, le virus continue de se propager sur l’ensemble du territoire. Objectif donc, casser les chaînes de transmission du virus.

L’un des points de discussions des autorités a porté sur les horaires d’ouverture dans les établissements Horeca. Depuis l’entrée en vigueur de la phase 4 du déconfinement, le 8 juin dernier, les établissements Horeca ont pu rouvrir jusqu’à 1h du matin. Le Conseil national de sécurité n’est pas revenu sur cette décision ce lundi. Les heures d’ouverture des établissements Horeca demeurent les mêmes. En revanche, ce qui change c’est le nombre de personnes avec lesquelles il sera possible de s’y rendre. En effet, Sophie Wilmès a annoncé ce lundi la réduction de notre bulle sociale passant de 15 personnes par semaine à 5 personnes, toujours les mêmes (en plus de notre famille), pour les quatre prochaines semaines. Et pour les événements privés, les contacts seront désormais limités à 10 personnes maximum en plus du cercle familial.

L’objectif des autorités pour pouvoir casser les chaînes de transmission, c’est bel et bien de réduire nos contacts au maximum tout en maintenant les gestes barrières et la distanciation sociale.

Car ce qui est pointé du doigt c’est la difficulté de faire respecter les gestes barrières à mesure que la nuit avance et que les gestes deviennent plus festifs… plus relâchés. Ces gestes qui pourraient être en partie liés à l’augmentation des nouvelles contaminations.

La difficulté réside notamment dans les attroupements qui peuvent se former à la fermeture des bars et des restaurants, comme ce fut le cas sur la place Flagey à Bruxelles où un rassemblement avait eu lieu après 1h du matin. A cette occasion, Sophie Wilmès avait d’ailleurs tapé du poing sur la table et déclaré "les personnes ont pris directement ou indirectement le risque de mettre en péril des mois d’efforts collectifs. Directement car les règles sanitaires les plus élémentaires n’étaient pas respectées et indirectement car l’image que renvoient ces rassemblements engendre le découragement et la colère en particulier des citoyens qui suivent les règles".

Des difficultés que constatent également les gérants des établissements Horeca. A Liège, Sébastien Mons, propriétaire du bar à cocktail le Brazil, explique "au début tout est très bien organisé, les tables sont bien distancées, ça tient la route jusqu’à une certaine heure. Mais la nuit arrivant c’est de plus en plus compliqué, les gens se ressemblent. On arrive quand même à mettre de l’ordre dans tout ça mais l’heure de fermeture est directement proportionnée au respect des règles de distanciation sociale".

Les autorités semblent donc espérer que la réduction de la bulle sociale à cinq personnes pourra permettre d'éviter les rassemblements spontanés constatés ces derniers temps. 

Au cours du dernier Conseil national de sécurité, il avait déjà été décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l’Horeca, lorsqu’on se déplaçait d’une table à l’autre ou encore pour se rendre aux toilettes. Et dans le même ordre d’idée, il avait été décidé de fermer les night shops à 22h.

Les craintes du secteur

Certes, la situation sanitaire montre bel et bien un rebond de l’épidémie et la logique de certaines mesures est relativement comprise. Mais pour le secteur Horeca réduire les heures d’ouverture après plusieurs mois d’arrêt des activités constitue un problème de taille. En effet, comme l’explique Sébastien Mons, "ce serait une véritable catastrophe". Même si, disait-il avant les décisions prises ce lundi, "les mesures seront prises avec bienveillance". Et à choisir, il vaut mieux réduire les horaires d’ouverture plutôt que de revenir à une fermeture complète des établissements Horeca.


►►► Lire aussi : coronavirus, témoignage d'un cafetier : "l'heure de fermeture directement proportionnelle au respect des règles de sécurité"


 

 
 
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK