Congo: accusé de trafic d'armes, le patron de l'armée de terre suspendu par Kabila

Il s'agit d'une mesure provisoire prise par le président congolais Joseph Kabila qui a ordonné au gouvernement de mener une "enquête approfondie afin de déterminer les responsabilités dans ce trafic illégal et criminel", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, au cours d'une conférence de presse à Kinshasa.

La suspension du patron des forces terrestres congolaises intervient alors que l'armée a subi un sérieux revers en échouant à repousser les rebelles du M23 qui ont pris sans résistance, mardi, la ville de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu dans l'est du pays.

Selon le rapport des experts des Nations unies sur la RDC cité par M. Mende, "les forces armées congolaises continuent d'être la proie de réseaux criminels qui permettent aux officiers supérieurs de s'enrichir par l'emprise sur les ressources naturelles et la contrebande, notamment le trafic d'ivoire mené par les groupes armés" actifs dans l'est du pays.

Le général Amisi "contrôlait un réseau de distribution de munitions de chasse à des braconniers et des groupes armés".

Il est soupçonné d'avoir fourni 300 fusils d'assaut AK47 au groupe armée "Nuyatura", mis en cause récemment dans l'assassinat de plusieurs centaines de civils.

Selon M. Mende, le trafic d'armes "se déploie jusqu'au Congo Brazzaville où les munitions sont achetées avant d'être acheminées clandestinement jusqu'à Kinshasa puis transportées à l'est, notamment par des membres de la famille du général Amisi".

 

 


Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK