Confins du système solaire, zone de turbulences de bulles magnétiques

Utilisant un nouveau modèle informatique pour analyser les données transmises par les sondes, ces chercheurs ont déterminé que le champ magnétique solaire mesurait approximativement 160 millions de km de largeur.

Les bulles se forment quand les lignes courbées du champ magnétique se réorganisent, ont expliqué les astronomes dans le journal Astrophysique du 9 juin. Le nouveau modèle informatique laisse penser que ces lignes se sont brisées pour former ces bulles déconnectées du champ magnétique du soleil.

"Ce champ magnétique s'étend jusqu'aux confins du système solaire", explique Merav Opher, un astronome de la Boston University.

"Dans la mesure où le soleil tourne sur lui-même, son champ magnétique se tord et se fripe un peu comme le jupon d'une danseuse. Très loin du soleil, là où se trouvent les deux Voyagers, les plis de la jupe se retroussent".

Les sondes Voyager se trouvent à 160 milliards de kilomètres de la Terre.

En comprenant la structure du champ magnétique solaire, les astronomes vont pouvoir expliquer comment les rayons cosmiques galactiques pénètrent dans notre système solaire et comment le soleil entre en action avec le reste de notre galaxie, la Voie Lactée.

Jusqu'à présent, l'essentiel des données indiquant l'existence de ces bulles magnétiques provient d'un instrument à bord de Voyager mesurant les particules d'énergie.


Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK