Compromis européen sur les OGM: Di Antonio voit du positif et du négatif

Les Etats européens pourront décider d'autoriser la culture des OGM
Les Etats européens pourront décider d'autoriser la culture des OGM - © PASCAL PAVANI

Le ministre wallon de l'Agriculture, Carlo Di Antonio (cdH), s'est félicité jeudi du compromis européen atteint à Luxembourg qui laisse le choix aux Etats membres d'autoriser ou d'interdire la culture des OGM sur leur territoire, tout en déplorant le reste de l'accord.

"Cette possibilité d'interdiction est une très bonne nouvelle puisque jusqu'alors, selon la législation européenne, la culture d'un OGM ne pouvait pas être interdite dans les États membres", a réagi Carlo Di Antonio dans un communiqué.

Selon lui, c'est toutefois le "seul et unique avantage" de ce compromis auquel la Wallonie était opposée au motif qu'il "ouvre qui par ailleurs les terres européennes aux OGM", ce qui constitue, aux yeux du ministre centriste, "une grave menace pour notre environnement et notre santé et pourrait avoir pour conséquence de banaliser ce type de culture".

Carlo Di Antonio tient en conclusion à rappeler que la Wallonie possède "l'une des législations les plus strictes d'Europe au bénéfice d'une agriculture de qualité".

Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK