Compléments alimentaires, attention danger ?

Le boom des compléments alimentaires
Le boom des compléments alimentaires - © David Riffont

Le printemps est là. L'occasion pour certains d'entre nous de perdre quelques kilos superflus en vue des beaux jours. Si un régime est parfois bénéfique, attention à certaines dérives. Exemple avec les compléments alimentaires. Un Belge sur cinq en prend quotidiennement. Gare aux abus. 

Depuis quelques années, ces produits "miracle" ont quitté les pharmacies et se retrouvent en vente libre dans les magasins de sport, les enseignes bios ou même les grandes surfaces. Dans ce magasin de produits de beauté du centre de Mons, la vendeuse donne des conseils.

"Si je remarque que le client achète une boîte de tisane diurétique, plus une autre préparation à mettre dans l'eau, diurétique elle aussi, ainsi que des gélules qui contiennent par exemple du guarana, je m'inquiète de savoir si tous ces produits sont bien pour la même personne. Si c'est le cas, je modérerai le client dans ses achats."

Un manque de contrôle

Naturellement, ce n'est pas le cas dans toutes les enseignes. Les professionnels de la santé s'inquiètent de ce glissement des ventes vers les moyennes et grandes surfaces, sans parler de la jungle des produits que l'on peut trouver sur internet, avec parfois perte totale du contrôle médical.

"On voit vraiment un déplacement pour ce type d'achats, s'inquiète cette pharmacienne. Au détriment de la santé du patient car il manque ce service de contrôle et de qualité que vous avez en milieu médical ou en pharmacie. De nos jours, les pharmaciens en sont réduits à ne vendre que de la vitamine C, D, ou des antioxydants. Ils ont perdu la main sur le marché des produits minceur."

"500 gr par semaine, pas plus"

Les nutritionnistes voient aussi d'un mauvais œil cette place prépondérante prise par les compléments alimentaires dans notre vie quotidienne. Comme de nombreux spécialistes, Nicolas Guggenbuhl, diététicien-nutritionniste et professeur à la Haute École Vinci, rappelle les secrets d'un bon régime. 

"On ne peut pas vivre durablement au régime. On parlera donc d'adaptation du mode de vie. Cela inclut à la fois l'alimentation ET l'activité physique. Les deux doivent être pris dans un ensemble pour être performant et on peut alors viser une perte de 500 grammes par semaine. A priori cela ne semble pas beaucoup, mais c'est le meilleur moyen pour que votre régime soit efficace sur le long terme."

Un conseil bien utile quand on sait que quatre régimes sur cinq sont voués à l'échec. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK