Commerces désertés : soldes reportées en août, mais ventes couplées dès le 1er juillet, en espérant le retour des clients

Commerces : Soldes en août, ventes couplées dès le 1er juillet, en espérant le retour des clients
2 images
Commerces : Soldes en août, ventes couplées dès le 1er juillet, en espérant le retour des clients - © Tous droits réservés

Pas de soldes en juillet, cette année. Elles ont été reportées au 1er août. En revanche, les clients pourront, peut-être dénicher de bonnes affaires dès ce mercredi 1er juillet. Les ventes couplées sont en effet autorisées, par exemple un troisième article offert à l’achat de deux. 4 commerçants sur 10 pratiqueront ce type de ventes, selon l’UCM.

L’UCM, Union des Classes Moyennes, a interrogé plusieurs centaines de commerçants pour connaître leur état d’esprit, au sortir de la crise sanitaire du Covid-19. Traditionnellement, le 1er juillet aurait dû marquer le début des soldes. Les commerçants auraient dû casser les prix pour vider les stocks et faire de la place pour les nouvelles collections. Le confinement et la fermeture des commerces jusqu’en mai ont changé la donne. Pour redonner une chance aux commerces une chance de vendre en réalisant des marges suffisantes, les soldes ont été reportées d’un mois, au 1er août.

Ventes couplées en attendant les soldes

D’ici au 1er août, la loi impose que les soldes soient précédées d’une période d’attente d’un mois, au cours de laquelle il est interdit aux commerçants d’annoncer ou de suggérer des réductions. 

Cependant, la vente couplée est autorisée, selon une législation européenne, une manière, malgré tout, de proposer des réductions aux clients. " On ne peut pas afficher de réductions ni faire de ventes à perte. On peut faire des offres conjointes. Par exemple, on achète deux choses et on reçoit un produit gratuit ou on achète deux choses et on a une réduction sur les deux produits. C’est une période transitoire où on ne peut pas afficher ‘soldes’, on ne peut pas afficher ‘vente à perte' ou ‘réduction’. Cela doit être ‘vente couplée conjointe’. C’est un premier pas vers les soldes ", explique Sophie Heuskin, conseillère au service d’Etudes et de Lobbying de l’UCM.


►►► À lire aussi : Coronavirus : jusqu'à 70% de perte de chiffres d'affaires dans les commerces non alimentaires


Certaines chaines de magasins vont d'ailleurs jusqu'à proposer des "bons d'achat" à 1 euro, qui "couplés" à un autre article, vous donnent droit pour un seul euro supplémentaire à de généreuses ristournes sur votre article.

Ramener de l’argent dans les caisses des commerçants

Ces ventes couplées devraient, encore plus cette année que les précédentes, aider à redynamiser l’activité des commerçants, en complément des soldes. "C’est complémentaire parce que la période des stocks, vu qu’on peut vendre à perte, permet de liquider les stocks. Tandis qu’ici, la période d’attente est plus une période de démarrage avant les soldes." 

"Clairement, après la période qu’on a connue avec le Covid, ça va permettre de relancer un peu, de revendre en ne cassant pas trop les prix et pour les commerçants, de retrouver un peu de trésorerie ", explique Sophie Heuksin. Les commerçants représentés par l’UCM auraient même souhaité pouvoir démarrer ces ventes conjointes dès la réouverture des magasins en mai, cependant cela ne leur a pas été accordé.

Relancer le " Shopping plaisir "

L’espoir, pour les commerçants, c’est que l’été incite les clients à revenir dans les magasins. Certes, le gouvernement a, jusqu’à présent, conseillé de ne se rendre dans les magasins qu’en cas de nécessité. Cependant, du côté des commerçants, un retour vers plus de " shopping plaisir " est souhaité : " Il y aura moins de voyages à l’étranger ou peut-être moins loin ou moins long. Il y aura plus de tourisme en Belgique qui permettra d’aller à la Côte ou dans les Ardennes et de faire du shopping là-bas. Tout doucement, nous l’espérons, on va retourner vers plus de shopping plaisir ", poursuit Sophie Heuskin, de l’UCM. 

Pour accueillir les clients, plus de 80% de commerçants déclarent avoir pris les mesures sanitaires adéquates tels que l’affichage, la mise à disposition de masques ou le port de ce dernier au sein du commerce (46%). Plus de 9 indépendants sur 10 ont mis du gel à disposition de la clientèle, précise l’UCM, dans un communiqué.

Fréquentation plus faible

Selon le sondage de l’UCM, 4 commerçants sur 10 ont annoncé leur intention de pratiquer des ventes couplées. Avec cette période d’un mois avant les soldes, les commerçants espèrent faire revenir les clients dans les magasins. La situation dans les commerces reste, en effet, inquiétante. Huit commerçants sur 10 estiment que la fréquentation est toujours plus faible qu’avant le covid19.

Le retour des clients et surtout des ventes suffisantes seront pour beaucoup essentiels. Selon l’UCM, les finances des commerçants indépendants sont fragiles. Plus de 7 indépendants sur 10 auront recours au droit passerelle, mis en place exceptionnellement pour soutenir les activités connaissant une perte de chiffre d’affaires d’au moins 10%. Quatre indépendants sur 10 estiment d’ailleurs avoir besoin d’un montant de trésorerie allant jusque 10.000€.

Par ailleurs, les commerçants restent prudents avant la prochaine saison. Seuls 39% d’entre eux ont maintenu les commandes auprès de leurs fournisseurs, 26% ont pratiqué des reports, 18% les ont annulées et 17% ont préféré échelonner. Autant de signes de l’inquiétude du secteur du commerce.

Reportage lors du jour de réouverture des commerces après confinement, le 11 mai dernier: