Comment se forment les "embouteillages fantômes" qui nous empoisonnent la vie?

Comment se forment ces «embouteillages fantômes» qui nous empoisonnent ?
Comment se forment ces «embouteillages fantômes» qui nous empoisonnent ? - © rtbf

Le trafic chez nous est parmi les plus denses au monde. L'an dernier, les automobilistes belges auraient perdu 58 heures en moyenne dans les bouchons dont certains ne sont pas forcément causés par des accidents ou des travaux. Tentative d'explications et recommandations.

Des physiciens ont tenté d'élucider ce mystère routier par une formule mathématique, mais au-delà des graphiques et des calculs, tentons d’illustrer le phénomène par un exemple concret.

Une expérience japonaise montre vingt-deux automobilistes qui roulent sur un circuit à une vitesse de 30 kilomètres par heure. L’une des voitures ralentit et provoque une réaction en chaine car elle force les autres automobilistes à alterner freinage et accélération. Conséquence : un premier embouteillage se forme quelques secondes plus tard. La vitesse n'est plus homogène, et comme une onde de choc, le bouchon se propage un peu plus loin. Il s’agit de l’ "effet accordéon". Lorsque la route est encombrée, un seul coup de frein va augmenter le nombre de voitures au kilomètre pour atteindre le seuil critique de la route et provoquer "un embouteillage fantôme".

Recommandations

Le porte-parole de l’IBSR, Benoit Godart, conseille tout d’abord d’éviter de changer sans cesse de bande. "Cela ne change rien et cela provoque des freinages intempestifs par les automobilistes à l’arrière". L’idéal est de tenter de garder une vitesse homogène : "accélérer sur cent mètres pour freiner brusquement, nuit clairement à la fluidité". Par ailleurs, il rappelle qu’après un dépassement, le code de la route impose de se rabattre sur la droite, afin dans ce cas-ci, de dégager la voie.

La science porteuse d'espoir ?

L’une des solutions avancées pour éradiquer les embouteillages fantômes serait l’utilisation de voitures robotisées. Reste à voir si la science permettra un jour de faire "sauter le bouchon".

I.L. avec Kamel Azzouz

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK