Comment la pollution sonore impacte la faune marine ?

C'est donc un plongeur qui a installé le microphone sous l'eau
2 images
C'est donc un plongeur qui a installé le microphone sous l'eau - © A.Norro/IRNSB

La tête plongée sous l’eau, les bruits s’assourdissent, en tout cas ceux de l’extérieur. Car une multitude de sons coexistent dans le monde de la mer. Chants des baleines, claquements de pinces de crustacés, bruits des vagues, ou clapotis de la pluie composent un véritable orchestre dans l’océan. Mais à ce concert subaquatique, viennent de plus en plus se rajouter les bruits de l’activité humaine, qui ne manquent pas de perturber la faune marine.

Un environnement sonore riche

L’ensemble de tous ces sons qu’on peut entendre sous l’eau s’appelle le paysage acoustique. Ces sons s’enregistrent à l’aide d’un hydrophone, à savoir un micro étanche et adapté à l’environnement marin. On peut diviser les sons subaquatiques en trois catégories.

Problème : les nuisances dues à l’activité humaine s’accroissent sans cesse. Mettant à mal l’harmonie sonore des océans, et perturbant la faune qui y vit.

L’activité humaine : une pollution sonore qui perturbe l’harmonie marine

L’ouïe joue un rôle primordial pour la faune marine. Les océans sont par nature très sombres, et c’est principalement via les sons que les animaux marins s’orientent, captent les dangers ou communiquent. Leur retirer ce sens équivaut à faire disparaître une partie importante de leurs repères. Un peu à l’image d’un aveugle au milieu d’une foule assourdissante. C’est par exemple ce qui explique la hausse du nombre de baleines échouées sur les plages. "Les échouages massifs de baleines à bec étaient très rares avant les années 1960 mais ont grandement augmenté après le développement des sonars à moyenne fréquence", confirme ainsi une étude parue en janvier dernier dans le Royal Society Publishing. Et bien évidemment ce constat ne se limite pas aux seuls cétacés.

A noter aussi que la pollution sonore est la cause de bien d’autres effets néfastes pour la faune marine : baisse de la qualité du repos, stress, l’abandon d’habitats, une réduction des capacités de reproduction, voire une sensibilité en hausse face à certaines maladies.


►►► À lire aussi : https://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-stress-de-la-baleine-a-bec-face-aux-sonars-militaires?id=10132197


Un réel problème donc, qu’il convient d’étudier pour mieux en cerner les tenants et aboutissants. L’être humain réfléchit d’ailleurs à réduire son impact sonore sur l’océan.

La Belgique installe une station d’enregistrement en mer du Nord

Pour mieux comprendre la situation en Belgique, L’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSNB) a installé en mai dernier une station permanente d’enregistrement acoustique. Ce dispositif veille à analyser les types de sons sous-marins et leur distribution, et d’observer les effets qu’ils peuvent avoir sur la faune marine. Mais l’avantage majeur de cette nouvelle station d’enregistrement est qu’elle permettra d’analyser les sons continus. Ces derniers sont moins connus que les sons de courte durée (le battage de pieux pour la construction d’éoliennes, les sonars, ou encore la destruction de munitions en mer). Les effets négatifs sur la faune peuvent être subtils et chroniques et donc, plus difficiles à évaluer.

Cette station d’enregistrement n’est pas installée de manière isolée. Elle rejoint le projet européen JOMOPANS (Programme Commun d’Observation du Son Ambiant mer du Nord) qui regroupe les pays limitrophes à la mer du Nord. Car c’est "combiné avec les données produites par les autres stations JOMOPANS que nous pourrons comprendre comment le son sous-marin est distribué dans la mer du Nord" dans son entièreté, déclare Alain Norro, plongeur scientifique de l’IRNSB. Avant d’ajouter : "Nous sommes réellement à un point de départ. Voir si nous sommes capables en trois ans de mettre sur pied une stratégie de monitoring européen au niveau de la mer du Nord permettant de quantifier la qualité du biotope marin, et d’en gérer l’environnement".

Et pourquoi pas imaginer des solutions, comme celle qui existe aujourd’hui déjà : déployer un rideau de bulles autour des machines de pilonnage utilisées pour l’installation des éoliennes. Ce qui permet d’en diminuer l’intensité sonore.

De quoi retrouver un peu du calme nécessaire à la faune en mer du Nord…

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK